La fin de l'espace Schengen coûterait à l'UE jusqu'à 1.400 mds d'euros

le
0
    BERLIN, 22 février (Reuters) - La fin de l'espace Schengen 
coûterait à l'Union européenne dans le pire des cas 1.400 
milliards d'euros au cours des dix prochaines années, à en 
croire une étude de la Fondation allemande Bertelsmann, rendue 
publique lundi. 
    Selon le pire scénario envisagé, d'après lequel la 
réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l'UE 
ferait monter les prix à l'import de trois pour cent au maximum, 
la disparition de l'espace Schengen se solderait par un coût de 
244 milliards d'euros pour la France et de 235 milliards pour 
l'Allemagne, sur la période 2016-2025. 
    Au minimum, si l'on estime que les prix à l'import 
n'augmentent que de 1%, l'étude montre que l'éclatement de 
l'espace Schengen coûterait à l'UE dans les 470 milliards 
d'euros durant les dix années à venir. 
    "Si les contrôles aux frontières sont rétablis à l'intérieur 
de l'Europe, la croissance, déjà faible, subira de nouvelles 
pressions", a déclaré Aart De Geus, président de Bertelsmann. 
    L'espace Schengen a été mis en place voici 30 ans et 
regroupe aujourd'hui 26 pays, dont 22 sont membres de l'UE. Ce 
système de libre circulation est soumis depuis un an et demi à 
de dures pressions avec l'afflux de centaines de milliers de 
migrants arrivés sur le vieux continent, en provenance du 
Moyen-Orient et d'Afrique pour l'essentiel. 
     
 
 (Noah Barkin; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant