La fin d'une époque ?

le
0
La fin d'une époque ?
La fin d'une époque ?

Il en va ainsi de toutes les grandes équipes, de clubs comme des sélections. Alors que les autres escouades connaissent des hauts et des bas, les meilleures formations mondiales traversent des très beaux moments et des chutes forcément vertigineuses. Ainsi, le FC Barcelone est à deux doigts de connaître l'abîme après avoir longtemps vécu sur la cime du football mondial. Meilleur club européen des dernières années, l'écurie catalane vit des moments difficiles : Guardiola parti, son successeur Villanova malade, l'équipe n'affiche plus autant de sa superbe sous la direction de Tata Martino. Au classement de la Liga, après un départ idyllique, le FC Barcelone voit s'échapper le Real Madrid honni. En Coupe du Roi, la finale face aux Merengue sera peut-être le moment de transmettre le témoin. En Ligue des Champions, le Barça ne fait plus autant peur depuis qu'il a pris la fessée face au Bayern Munich la saison passée, et après que le PSG lui ait fait passer un sale moment au Camp Nou.

Valdès et Puyol vont partir

Sur le plan sportif, même si tout n'est pas noir, comme le rappelait lundi Alexis Sanchez (ndlr : « on dirait que quelqu'un est mort, mais nous allons essayer de remporter trois titres »), le Barça perd également quelques-uns des éléments qui ont participé à son hégémonie : Abidal parti, Valdes puis Puyol quitteront le navire l'été prochain. D'autres pourraient suivre. Le projet ne séduit donc plus forcément : et comme le président Rosell a été emporté par la vague d'un transfert Neymar malhonnêtement ficelé, c'est tout le club catalan qui vacille. On n'oubliera toutefois pas de mettre en avant la qualité du jeu pratiqué dans les écoles de foot du club, cette fameuse « Masia » qui a sorti les talents qui ont donné tant de titre au club Blaugrana et à la sélection espagnole. Mais sur le terrain, les joueurs ne semblent plus aussi concernés qu'avant. Du moins par les rencontres du quotidien comme le week-end dernier à Valladolid (défaite 1-0).

Le club va investir massivement cet été dans le recrutement

Si en Ligue des Champions, le Barça a su réagir face à Manchester City, la rencontre retour face à l'équipe de Manuel Pellegrini sera suivie avec attention. Car les Citizens semblent capables d'un exploit face à ces Blaugrana délavés. Une nouvelle désillusion européenne marquerait à coup sûr la fin précoce de l'ère Martino (en fin de saison). Mais elle engendrerait des dégâts bien plus importants. Le nouveau président Josep Maria Bartomeu le sait : il faudra de toute façon changer l'été prochain pour éviter que le club se nécrose. Javier Faus, le vice-président, a déjà annoncé que le club investirait massivement sur le marché des transferts, malgré le financement de son nouveau stade en parallèle, signe que la formation ne fonctionne plus aussi bien. Bref, le Barça est à la croisée des chemins et tout le Camp Nou attend de Leo Messi qu'il fasse de nouveau chavirer Barcelone dès mardi. Car ce n'est pas la promesse de l'installation d'un wifi performant pour tous les supporters dans le nouveau stade qui contentera les socios gavés de grand spectacle ces dernières années. C'est bien l'excellence d'une équipe qui est « plus qu'un club » qui est réclamée à corps et à cris par ces supporters électeurs?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant