La fille voit sa mère tuée en rêve, son père condamné

le
0
C'est un cauchemar récurrent de la fille de Christian Carrié, qui avait assisté au meurtre à l'âge de 2 ans, qui a permis aux enquêteurs de retrouver sa trace. Condamné à 30 ans de réclusion, il compte faire appel.

Pour les assises du Gard, cela ne fait aucun doute : Christian Carrié a bien tué sa compagne Djamella, mystérieusement disparue en 1998. Àgé aujourd'hui de 50 ans, il a été condamné vendredi soir à trente ans de réclusion criminelle, assortie d'une peine de sûreté des deux tiers. Une peine bien plus lourde que celle demandée par l'avocat général, qui avait requis vingt ans. Christian Carrié a déjà annoncé son intention de faire appel.

Cette condamnation met fin à près de quinze ans d'une bien étrange affaire. Car pendant longtemps, les proches de Djamella ont cru qu'elle s'était enfuie du domicile conjugal pour suivre un autre homme. Régulièrement, ils recevaient des lettres d'elle confortant cette théorie. Des lettres qui, l'ignoraient-ils à l'époque, étaient en réalité rédigées par Christian Carrié lui-même.

Les gendarmes, eux-aussi, privilégiaient cette hypothèse : Djamella avait eu un passé difficile, ballottée de foyers en foyers. Pendant pr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant