La fille adoptive de Woody Allen l'accuse d'agression sexuelle

le
0
LA FILLE ADOPTIVE DE WOODY ALLEN L'ACCUSE DANS UNE LETTRE D'AGRESSION SEXUELLE
LA FILLE ADOPTIVE DE WOODY ALLEN L'ACCUSE DANS UNE LETTRE D'AGRESSION SEXUELLE

LOS ANGELES (Reuters) - Dylan Farrow, la fille adoptive de Woody Allen, accuse le cinéaste américain de l'avoir sexuellement agressée quand elle avait sept ans et s'étonne dans une lettre publiée samedi par le New York Times des hommages que lui rend Hollywood.

Les premières accusations remontent à 1992, lors de la violente séparation entre Woody Allen et Mia Farrow. L'actrice avait affirmé que le cinéaste avait abusé de Dylan.

Une enquête avait été ouverte par la police du Connecticut, où résidaient Mia Farrow et ses enfants. Mais Woody Allen n'a jamais été arrêté ou poursuivi en justice.

Dans sa lettre, Dylan Farrow, aujourd'hui âgée de 28 ans, écrit: "Lorsque j'avais sept ans, Woody Allen m'a emmenée par la main et m'a conduite dans un petit grenier mal éclairé du deuxième étage de notre maison. Il m'a dit de m'allonger sur le ventre et de jouer avec le train électrique de mon frère. Puis il m'a sexuellement agressée."

Elle ajoute que "(son) tourment a été aggravé par Hollywood". "A de rares et précieuses exceptions, dit-elle, tout le monde a fermé les yeux. La plupart considérant plus facile d'accepter l'ambiguïté, de dire 'Qui peut dire ce qui s'est passé', de prétendre qu'il n'y avait rien de mal."

"Chaque fois que je voyais sur un poster, un tee-shirt, à la télévision le visage de celui qui a abusé de moi, je ne pouvais que dissimuler ma panique jusqu'à trouver un endroit où je pouvais m'isoler et m'effondrer", poursuit Dylan Farrow.

Aucune réaction n'a pu être obtenue auprès des représentants de Woody Allen.

Le mois dernier, le cinéaste, qui est âgé de 78 ans, s'est vu décerner un Golden Globe d'honneur pour l'ensemble de son oeuvre.

Son dernier film, "Blue Jasmine", sera en compétition dans trois catégories aux prochains Oscar, le 2 mars (meilleure actrice pour Cate Blanchett, meilleure actrice dans un second rôle pour Sally Hawkins et meilleur scénario original).

"Je sais que c'est sa parole contre la mienne", dit Dylan Farrow au journaliste Nicholas Kristof, le journaliste du New York Times qui publie sa lettre sur son blog. "Mais pour moi, c'est très précis, parce que j'étais là."

Alex Dobuzinskis; Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant