La filière vénézuélienne porte ses fruits

le
0
La filière vénézuélienne porte ses fruits
La filière vénézuélienne porte ses fruits

Si Nantes ne compte aujourd'hui que quatre points de retard sur le leader monégasque, c'est notamment grâce à l'apport de ses recrues. L'actuel deuxième de Ligue 2 a su prendre des risques qui se sont avérés payants. Avec l'aide d'un agent spécialisé dans les transferts des joueurs sud-américains (et pas seulement des Brésiliens et des Argentins comme c'est souvent le cas), le FCN et Waldemar Kita ont su faire un recrutement judicieux et prometteur pour l'avenir, qui leur permet également de pouvoir jouer la montée en L1. Contrairement à la concurrence, les Canaris n'ont pas hésité à explorer de nouveaux horizons. Dès l'été dernier, le club entraîné par Michel Der Zakarian (qui restera quoi qu'il arrive la saison prochaine) a misé sur le défenseur central international vénézuélien Gabriel Cichero (28 ans, Caracas FC), qui a débarqué sous la forme d'un prêt avec option d'achat. En dépit d'une réputation sulfureuse après son agression sur un dirigeant bastiais, les Jaune et Vert ont récupéré l'ancien Lensois, qui intéressait aussi Valladolid (notamment).

Les Canaris souhaitent les conserver en cas de remontée

Aujourd'hui, le FC Nantes ne regrette pas son choix. Le Vénézuélien s'est imposé comme un homme important du dispositif nantais et a préparé l'arrivée de son compatriote Fernando Aristeguieta (Caracas FC), également prêté avec option d'achat. Une signature qui a surpris plus d'un observateur mais qui n'a pas tardé à porter ses fruits. Déjà auteur de quatre buts en championnat, l'attaquant de vingt ans s'est rapidement fait une place dans le collectif des coéquipiers d'Olivier Veigneau. Bien aidé par Gabriel Cichero, qui a grandement facilité son intégration, le numéro 10 a convaincu le club du président Waldemar Kita, qui se verrait bien le conserver en cas de retour parmi l'élite. Et ceci malgré l'intérêt de certains clubs étrangers qui multiplient les voyages à La Beaujoire.

Un duo qui pourrait devenir un trio

Le président nantais est en contact régulier avec l'entourage des deux expatriés. La porte est ouverte. Gabriel Cichero et Fernando Aristeguieta ont d'ailleurs donné des idées aux dirigeants du club nantais, qui pourraient encore approfondir la filière. On pense notamment au milieu de terrain offensif Jesus « Chiki » Meza (27 ans), qui évolue au Caracas FC. Décrit comme un joueur spectaculaire, qui est notamment très l'aise en mouvement, le natif de Mérida pourrait intéresser les Nantais. Idem concernant l'excentré droit Romulo Otero (20 ans). Jamais deux sans trois ? Peut-être. Mais il faut déjà assurer la montée avant de se projeter.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant