La filière du lait s'accorde sur une revalorisation des prix

le , mis à jour à 14:16
2
La filière du lait s'accorde sur une revalorisation des prix
La filière du lait s'accorde sur une revalorisation des prix

Les prix auxquels les éleveurs vendent leur lait ne pourront pas tomber sous 340 euros les 1.000 litres, afin de couvrir les charges des producteurs. C'est ce qu'a annoncé ce vendredi Xavier Beulin, président de la FNSEA, à l'issue d'une réunion autour du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, soucieux de désamorcer au plus vite ce nouveau conflit latent, alors que les derniers blocages des éleveurs de viande se lèvent.

A terme, il est toutefois «impossible» de garantir un prix d'achat minimum, assurent les industriels du secteur, rappelant que l'accord «exclut une part importante des produits» laitiers. La Fédération nationale des industries laitières (Fnil) rappelle que cet accord ne s'applique qu'aux marques distributeurs et premier prix.

L'ensemble des opérateurs de la filière - éleveurs, industriels et distributeurs - ont discuté trois heures durant pour parvenir à cet accord autour de Stéphane Le Foll, a confirmé un représentant de la grande distribution. Cet objectif représente une hausse de 4 centimes par litre par rapport au tarif appliqué actuellement. Selon lui, cette augmentation sera «répercutée en entier» aux producteurs.

Evolution des marges sur le prix du litre de lait

Evolution de la production et des prix du lait :

«L'impact sur le consommateur sera de quelques centimes», a souligné Stéphane Le Foll en sortant de la réunion. «C'est un effort qu'on demande pour pouvoir passer cette crise. Les prix ne vont pas se mettre à flamber.»

Xavier Beulin a appelé les éleveurs qui bloquent encore des routes «à la pondération et au discernement». Depuis ce matin, les producteurs bloquaient en effet l'entrée de plusieurs laiteries en Vendée comme à Belleville, la laiterie Entremont dans le Morbihan ou encore celle Laïta de Créhen près de Plancoët dans les Cotes d'Armor.

VIDEO. Les producteurs bloquent la laiterie de Belleville

Xavier Beulin a «insisté sur l'état ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le vendredi 24 juil 2015 à 14:07

    Finalement, il suffisait de demander, mais avec fermeté!

  • bearnhar le vendredi 24 juil 2015 à 10:01

    Sur que lorsqu'on a un problème dont on estime que la résolution dépend des politiques, il est malvenu de s'en prendre au voisin de pallier, mais bon, c'est la mentalité dans ce pays. Les banlieues sont à cette image, on brule la voiture du voisin, désolant. Et je pense que ça en arrange certains.