La Fifa suspend Chuck Blazer, la taupe du FBI

le
0
La Fifa suspend Chuck Blazer, la taupe du FBI
La Fifa suspend Chuck Blazer, la taupe du FBI

Suspendu à vie. L'Américain Chuck Blazer, 70 ans, ancien secrétaire général de la Concacaf (Confédération de football d'Amérique du nord, Centrale et Caraïbes) et ancien membre du Comité exécutif de la Fifa, a été «suspendu à vie de toute activité liée au football» par la Fédération internationale après sa collaboration avec les autorités américaines dans l'enquête ayant débouché sur le scandale touchant la Fifa.

Il a «commis une série d'actes inappropriés de façon répétée et continue quand il était en poste à la Concacaf et à la Fifa» et notamment en acceptant «des paiements illégaux», a indiqué la Fifa dans un communiqué. Blazer, ancien allié du président démissionnaire de la Fifa, Sepp Blatter, «a joué un rôle clé» dans le fait «de proposer, d'accepter ou de verser des paiements illégaux, dessous de table ou rétrocommissions», a jugé la commission d'éthique de la Fifa.

Un millionnaire aux allures de père Noël

Ancien secrétaire général tout puissant de la Concacaf de 1990 à 2011, membre du comité exécutif de la Fifa de 1997 à avril 2013, Blazer a coopéré près de 16 mois tout en étant membre du comité exécutif de la Fifa. Ce millionnaire aux allures de père Noël, qui souffre aujourd'hui d'un cancer, est très largement à l'origine des révélations qui ont plongé la Fifa dans la crise la plus grave de son histoire, entraînant l'annonce de la démission de son président, Sepp Blatter.

Le 27 mai, les autorités américaines ont annoncé 14 inculpations contre des responsables et partenaires de la Fifa. Les 47 chefs d'inculpation retenus contre 9 responsables de la Fifa, dont 2 vice-présidents, et contre 5 partenaires les accusent de complot de racket, fraude et blanchiment sur une période de 25 ans. 7 hauts responsables de la Fifa ont été arrêtés le même jour à Zurich (Suisse). Outre Chuck Blazer, 3 autres personnes ont plaidé coupable dans ce dossier, dont 2 fils de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant