La fiche du Real Madrid

le
0
La fiche du Real Madrid
La fiche du Real Madrid

Orphelin d'une Liga qu'il n'a remportée qu'à une seule reprise en sept saisons, le Real n'a d'autre choix que de remporter une troisième couronne nationale. Un défi immense, face aux favoris blaugrana et aux outsiders colchoneros, que Rafa Benítez et Gareth Bale ne doivent pas rater. Sous peine de ne pas faire de vieux os au Bernabéu.

La carte postale

"Chers admirateurs,

Le plus grand club du monde, de la galaxie, de l'univers vous a sûrement manqué durant ces mois de trêve. Il revient, plus fort que jamais. La preuve, Forbes le dit. Et oui, pour une nouvelle année, le Real est l'institution sportive la plus évaluée. Les Ricains, les Rosbifs, les Teutons, les Gabachos, les Catalans Tous peuvent aller se ranger devant notre puissance incontestable et incontestée.

Qu'importe si nous n'avons remporté qu'une Liga en sept ans. Nous en comptons 32, soit neuf de plus que notre vulgaire voisin catalan aux 23 couronnes. Ce qui nous laisse encore une belle marge, hein. Bref, pour ce nouvel opus du championnat espagnol, nous avons ramené un ancien de la maison sur le banc. Un peu rondelet, le Rafa Benítez va vous surprendre. Plus qu'un régime Dukan, il va rendre à Gareth ses jambes de feu, à Cristiano ses buts décisifs et à Karim sa Rihanna.

Cette mission de reconquête a déjà porté ses fruits. Et oui, qui peut se targuer, sitôt les vacances terminées, d'avoir remporté deux trophées ? Le Barça et sa seule Supercoupe d'Europe ? L'Athletic Bilbao et sa Supercoupe d'une Espagne qu'il rejette ? Non, bien entendu, le Real est le seul et unique. Nos deux éditions australienne et chinoise de l'International Champions Cup - ça en jette, n'est-ce pas ? - parlent d'elles-mêmes : ESTAMOS DE VULETA !

Liga, ma Liga, notre Liga, tu n'attends plus que nous. Et nous allons te récupérer.

Ton propriétaire à jamais
"

La visite médicale

Il n'y a pas qu'en Bavière que le service de santé a connu des soubresauts. Dans la capitale castillane, l'été a également permis au staff médical d'être restructuré. Le docteur Jesus Olmo, pourtant peu apprécié, voire détesté par une large partie du vestiaire, s'est vu remettre les pleins pouvoirs. La cause de ce remaniement n'est autre que la gestion, jugée calamiteuse dans les hautes sphères du Bernabéu, de l'effectif de Carlo Ancelotti. Pour sûr, les deux blessures de Luka Modrić et James Rodríguez avant le printemps ont coûté très cher au Real. Reste que le sieur Olmo ne reçoit que quolibets et insultes de la part des Cristiano, Sergio Ramos et comparses. Ces derniers lui reprochent d'être une balance auprès de leur employeur, Florentino Pérez, qui se trouverait presque des similitudes avec Joan Laporta dans…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant