La fiche du Gazélec Ajaccio

le
0

Après une saison plus que réussie en Ligue 2, le Gazélec Ajaccio s'apprête à découvrir la Ligue 1. Une première dans l'histoire du club. Mais s'ils arrivent avec l'étiquette de jeunes puceaux, que tout le monde soit prévenu, les Ajacciens n'ont pas l'intention de jouer les victimes.

La carte postale de l'été

"Chère Ligue 1,

Depuis mai dernier, je suis tout excité, car je sais qu'on va passer la rentrée ensemble. D'ailleurs, j'ai un peu trop fêté ça et j'ai eu du mal à me remettre de ma gueule de bois, bah ouais, j'ai plus vingt piges, hein. Bon, tu ne me connais pas, c'est vrai, mais moi, j'ai beaucoup entendu parler de toi. Notamment par l'autre club de ma ville, l'ACA, qui a pas mal traîné chez toi ces dernières années. D'ailleurs, eux, tu peux les oublier, désormais quand tu évoques Ajaccio, pense au Gazélec, j'ai repris le contrôle footballistique de la ville. Bref, on m'a dit que tu étais un championnat assez difficile, en même temps, j'ai vu l'ETG rester chez toi quatre années de suite, preuve que tu ne dois pas être si méchant que ça, dans le fond. En tout cas, de mon côté, je me suis bien préparé, tous mes joueurs ont vraiment hâte d'en découdre. Enfin de jouer, quoi. Mes supporters sont aussi très contents de te rencontrer, d'ailleurs je peux te dire que les autres clubs ne seront pas hyper enchantés de venir jouer chez moi, à Ange-Casanova, on aime bien faire peur aux gens là-bas, même si on reste des gens sympas, c'est plus pour le folklore, t'en fais pas. Enfin bon, on aura le temps d'en reparler.

Allez je te laisse, finis bien tes vacances et puis on se voit début août.

Des mimis.

Le Gaz'
"

La visite médicale

Le problème quand on arrive en Ligue 1, c'est qu'on a tendance à tout vouloir chambouler. On veut muscler son effectif à tout prix, au risque parfois de se casser quelque chose, comme nous l'a si bien prouvé Arles-Avignon lors de la saison 2010-2011. En même temps, c'est débile de doubler tout de suite le poids que l'on soulève en développé-couché. L'idée, pour progresser, c'est d'y aller progressivement, justement. Donc le mieux, c'est de garder le même régime, celui qui correspond le plus à notre corps. Idéal pour éviter la blessure. Ça, le Gazélec l'a bien compris. Du coup, pas de folie sur le marché des transferts, juste les arrivées de Touré, Sylla, Le Moigne et Djokovic pour compenser les départs, prévus, de Rivieyran, Andreu et Fabre. De quoi arriver en forme sur la ligne de départ.

L'homme à ne pas suivre : Damjan Djokovic

Exilé en Italie depuis 2011, Damjan Djokovic a décidé de rejoindre la Corse cet été…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant