La fiche des Girondins de Bordeaux

le
0
La fiche des Girondins de Bordeaux
La fiche des Girondins de Bordeaux

Exit la morosité et le cirque des années Sagnol. Le Bordeaux de Gourvennec a soigné son recrutement et devient la grosse cote de cette saison. Le scénario semble trop parfait.

La carte postale


"Chère Ligue 1,

Je t'écris parce que je flippe un peu. Voilà, pour la première fois depuis des années, j'ai l'impression que cet été se passe sans encombre. Et ça m'angoisse. Regarde notre mercato. D'habitude, je me marre en recrutant des Christian, Ben Khalfallah ou Maazou. Mieux, l'an dernier, Sagnol laissait son agent (le fils Courbis) faire le boulot. Et j'allais roupiller tranquillement dans mes vignes. Mais là, quelle erreur j'ai faite en recrutant Jocelyn ! Le type a un projet, il m'appelle constamment pour qu'on achète des joueurs talentueux. Et ça marche ! Même Tavernost aligne l'argent sans broncher. Même Puma nous a pondu un beau maillot “Home”. Même les supporters et les journalistes nous voient d'un bon oeil. Chère Ligue 1, j'ai peur : est-ce qu'on serait devenu “tendance” ? Je ne suis pas habitué à tout ça. Tu sais, à Bordeaux, on aime l'anonymat, le confort feutré du Haillan, la quatrième ou la sixième place, les éliminations en 1/16e de Coupe de France et les Ligue Europa balancées. Nous, un titre tous les dix ans, ça nous suffit, hein. Et là, Jocelyn me dit qu'on va être “ambitieux”. Diantre ! Sauve-moi de là. Je ne suis pas prêt.

Ton fidèle,
Jean-Louis Triaud
"

La visite médicale


Miracle de la médecine. Le patient bordelais, atteint de plusieurs cancers (Yambéré, Poko, Sané, Chantôme), a guéri de manière assez inexplicable. À l'agonie en mai dernier, il peut désormais courir un marathon sans souci grâce à de nouveaux poumons (Toulalan) et des jambes de feu (Ménez, Kamano, Sabaly). Le patient a aussi retrouvé des qualités cognitives impressionnantes (Gourvennec). Même à Lourdes, on n'a jamais vu ça.

Le joueur à ne pas suivre : Diego Rolan


Que vaut vraiment Diego Rolan ? Au bout de trois ans et demi, on ne sait toujours pas à quel poste joue l'Uruguayen. Quasi-buteur, quasi-neuf et demi, quasi-ailier, quasi-castor… Et donc quasi-bidon. Son bon bilan comptable de la saison 2014-2015 (seize buts) ne s'explique que par la présence de…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant