La fiche de Schalke 04

le
0
La fiche de Schalke 04
La fiche de Schalke 04

Après une saison compliquée, sauvée par une qualif européenne et une place de plus que le rival Dortmund, Schalke espère mieux et lorgne encore, de loin, sur ce titre qui ne vient pas.

La carte postale

" Liebe Meisterschale,

Je te connais bien. Tout le monde me parle de toi, à chaque déplacement chez mes amis de Bundesliga. J'en suis devenu fou. Sans jamais t'avoir vu de mes propres yeux, je t'aime déjà. Il paraît d'ailleurs qu'en 2001, tu étais enfin prêt à me rencontrer, à venir dans dans mes bras pour qu'on passe une nuit de folie, qu'on vive une aventure superbe dans ma Ruhr. Au dernier moment, tu t'es décommandé. J'ai été très déçu. On me disait que je restais ton amour véritable, que dans les cœurs, j'étais celui qu'il te fallait. Tu as quand même préféré retourner chez ton vieil amant de Bavière. Cela m'a fait très mal. J'ai longtemps ruminé la déception de ce jour de mai 2001. Pourtant, je ne désespère pas t'avoir enfin auprès de moi. Je continue de te faire du charme, je continuerai de te courtiser comme je sais le faire, avec trois grammes et un peu d'embrouille. Mais tu le sais, si tu viens, tu ne t'ennuieras pas. Je te montrerai tout de moi, absolument tout. Je n'aurais plus de secret. Tu pourras venir à la mine, je te montrerai tout Gelsenkirchen, je te parerai de mon plus beau bleu roi, je te couvrirai de Veltins et je ne te ferai certainement pas tomber par terre comme certains autres. Viens à moi. Sois à moi.

Je t'aime fort et j'ai hâte de te rencontrer.
Rendez-vous en mai 2016 ?

Ton Schalke 04.
"

La visite médicale

Schalke est un adepte de la salle d'attente, toujours prêt à aller voir le médecin au moindre bobo. Le problème, c'est que le médecin traitant du club n'est pas très efficace et enchaîne les mauvais diagnostics. Les différents traitements utilisés depuis quelques saisons sont mauvais : un renforcement des défenses immunitaires grâce à Di Matteo ? Échec. Le placebo Jens Keller ? Échec. Et voilà un nouveau médicament mis sur le marché et qui a (presque) réussi à mettre sur pied le SC Paderborn : André Breitenreiter. Un constructeur patient, capable de profiter de ce qu'on lui propose dans son effectif qui ne demande qu'à prouver ce dont il est capable au plus haut niveau. Ca tombe bien, à Gelsenkirchen, les bases sont en fait assez solides, avec des jeunes talents ne demandent qu'à jouer plus souvent. Suite au recrutement malin de l'été, le patient semble en bonne voie pour son rétablissement. Attention, une rechute est toujours possible, surtout à Gelsenkirchen.









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant