La fiche de Lille

le
0
La fiche de Lille
La fiche de Lille

Après une cuvée 2015 difficile, Lille repart sur un nouveau cycle cette saison. Politique, entraîneur, joueurs... le LOSC a connu un été de gros chambardements. Si le résultat de l'opération est difficile à prévoir, on peut donner quelques pistes. Qui se révéleront sans doute fausses. Et alors ?

La carte postale de l'été

"Mon très cher Marc Coucke,

Je ne te comprends plus. Cet été, tu as délaissé mon maillot bien taillé et j'ai dû retourner auprès de Partouche. Tu le sais, pourtant, que je n'aime pas fricoter avec mes ex. Alors que je m'étais préparée tôt pour être jolie sur les terrains dès août. J'ai vendu les pièces les plus chères de ma garde-robe, remplacées par un stock de jolis bijoux estivaux. Alors il y a peut-être de la pacotille dans le tas, mais c'était pas cher et j'ai pu combler mon découvert, et même mettre un peu de côté. On allait s'amuser ! Et quand on s'est rencontrés, quoi ? Avec ta petite belge d'Ostende, t'as beau m'assurer qu'elle est open pour un plan à 3, c'est resté platonique. Alors que moi, je t'ai ramené Hervé, physiquement, t'auras pas mieux en Ligue 1. Et c'est à peine si tu as remarqué mes efforts. Tu m'as fait un bisou que t'as voulu chaste et t'es reparti. Mais tu sais qu'il était trop près des lèvres pour me laisser sans espoir. Tant pis. Je vais aller danser toute l'année. Un jour, tu te rendras compte que je suis la plus belle. J'espère qu'il ne sera pas trop tard.

Avec tout mon amour,

Ta belle,
Lille
"

La visite médicale

Le LOSC l'a compris : avec les excès vient le cholestérol. Après son moment d'impuissance devant Corchia en janvier 2014, il a fallu dégraisser. Changer le régime. En entrée, le menu reste sain. Enyeama est un gros morceau sans gras. La ligne défensive a perdu Simon le saumon, mais régale avec le pétillant Pavard, l'épicé Sunzu, et le vieux pot Civelli. Là où le gras blesse, c'est peut-être au milieu. Les piliers Mavuba et Balmont ont été rejoints par Obbadi pour un risque de bedaine certain. D'autant que, comme leurs aînés, les jeunes Meïté et Amadou sont des adeptes de l'effort-canapé, dans leur moitié de terrain. Les seuls condiments capables de faire tourner l'appareil digestif sont Rodelin et Martin. Léger. Il y a bien Bauthéac, le plat du terroir, apprécié, équilibré, mais un peu pauvre en protéines pour dessiner un corps à faire pâmer miss Europa. Pour finir, Lille n'a jamais beaucoup aimé les desserts, à part Moussa Sowcolat. Il va attaquer un buffet rempli de mignardises de qualité aléatoires (Frey, Guirassy, Tallo, Guillaume, Mendes), avec le risque de s'empiffrer jusqu'à l'indigestion. Reste Boufal. Il peut être la cerise et le…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant