La fiche de la Roma 2016-17

le
0
La fiche de la Roma 2016-17
La fiche de la Roma 2016-17

Les Giallorossi ont pris leurs aises en haut de tableau et comptent bien y rester. Un objectif largement dans leurs cordes, même si le Scudetto serait l'happy ending rêvé pour Francesco Totti.

La carte postale


"Cher Edin,

Je tenais à t'écrire ces quelques mots, car je continue de recevoir tes appels en absence sur mon téléphone, au moins une bonne dizaine par jour. Tu as de la chance que ce soit moi, car beaucoup auraient déjà porté plainte pour harcèlement. Comme tu as pu le voir mercredi à Porto, je ne suis toujours pas revenu te rejoindre. Je suis encore et toujours à Manchester où je profite de ma seconde année sabbatique. Ne crois pas que je sois insensible à tes ratés, que ce soit ce tir enlevé contre l'Atalanta, cette frappe non cadrée à Madrid ou encore cet
epic fail contre Palerme, mais notre éloignement a aussi pour but de mieux te concentrer sur ton utilité envers le reste de ton collectif. Spalletti est un entraîneur qui demande à son avant-centre de participer avant tout au jeu et tu as encore de gros progrès à faire sur cet aspect. Si la Roma n'avait pas lâché quinze millions pour s'attacher tes services, elle t'aurait d'ailleurs probablement déjà refourgué. Pour le moment, je finis l'été à la fraîcheur mancunienne avec le Kun, et après, on verra.

Ta finition,

PS : t'as pas un pote ophtalmo en attendant ?
"

La visite médicale


La Louve a les pattes fragiles. Déjà deux ruptures des croisés sont à signaler avant même la reprise des hostilités, Rudiger avant l'Euro, puis Mario Rui en prépa. Le directeur sportif Sabatini a dû parer à ses nouvelles absences, et Manolas est pratiquement le seul rescapé du package défensif. Le manque d'automatismes est à craindre pour ce qui est le point faible d'une équipe au milieu et à l'attaque très bien ficelés. Ça devrait néanmoins suffire pour viser un quatrième Top 3 consécutif grâce à la plus-value tactique de Spalletti (4-3-3, mais la défense à trois n'est pas à exclure), le titre suprême, lui, reste une chimère.

Le joueur à ne pas suivre : Thomas Vermaelen


Un penalty concédé et un rouge en moins d'une mi-temps. On peut dire que le Belge a marqué les esprits pour ses grands débuts avec son nouveau paletot. Et le pire, c'est que personne n'a été étonné. Ce flop est une des conséquences d'une inactivité partielle de trois ans faite de 42 matchs entre Arsenal et le Barça et une…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant