La fiche de la Lazio

le
0

Après une saison dernière au-delà des espérances, la Lazio aura cette année la lourde tâche de confirmer son potentiel. L'été a été un peu morose pour l'aigle, mais la victoire lors du match aller de tour préliminaire de Ligue des champions a redonné confiance aux Laziali avant d'attaquer le championnat.

La carte postale de l'été

"Cher Maurizio Beretta, président de la Lega Serie A,

Je suis impatient de retrouver notre si beau championnat. Enfin oui et non. Car il faut bien avouer que voir Carpi et Frosinone dans l'élite n'attise pas vraiment mon engouement. Passons. À dire vrai, je n'ai pas vraiment eu droit aux vacances, cet été. C'est bien le problème du cumul de poste, et autant te dire qu'avec le bordel qui remue le Calcio, j'ai eu du boulot pour mettre tout le monde dans ma poche. Ne t'en fais pas, j'ai évidemment évité toute sanction pour ce que j'avais dit à cette petite frappe de Iodice. Le procureur Palazzi est un bon ami. Et puis tu sais que je ne pensais pas ce que j'ai dit sur toi.

L'été a aussi été agité pour ma Lazio. J'ai malheureusement dû convier Mauri à nous quitter un moment, le temps que la justice sportive le laisse en paix. Mais je me doutais qu'il finirait par être acquitté. Comme je te disais, Palazzi est un bon ami. Nous avons quand même eu beaucoup de mal pendant la présaison. Heureusement, le déclic est arrivé contre le Bayer. C'est quand même une affaire à 40 patates, alors j'espère bien que mes idio... pardon, que mes idoles de joueurs arriveront à ne pas la faire capoter.

Ah, j'allais oublier. Gabrielli a eu la bonne idée de vouloir diviser les Curve de l'Olimpico. Je savais que j'avais choisi le bon préfet pour Rome. Sa décision me fait autant plaisir pour ces chiens de la Roma que pour les Laziali qui m'ont sifflé toutes ces années. On ne conteste pas mon autorité.

Je dois te laisser, je dois appeler Tavecchio pour lui imposer les prochaines réformes de la Fédération.

Claudio Lotito, patron omniscient du premier club de la capitale.

PS : Si tu pouvais garder cette carte pour toi, ce serait bienvenu. J'ai encore en travers de la gorge les enregistrements de Iodice.
"

La visite médicale

Ici, les coups durs ne sont pas récurrents, mais quand on se blesse, on ne fait pas semblant. Une épidémie grave s'est installée depuis quelques années à Formello. La légende raconte que ce serait parti du transfert d'Ederson. En traînant trop longtemps à Lyon, il a chopé le syndrome de Gourcuff. Autrement dit, l'incapacité à se remettre d'une blessure. Il n'a jamais vraiment pu rechausser les crampons et semblerait même avoir propagé le virus au sein de…













Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant