La fiche de l'OGC Nice

le
0

Du soleil, la mer, une quatrième place et du beau jeu, Nice sort d'une saison royale sportivement mais a tout perdu durant l'été : Ben Arfa, Puel, Germain, Pied, Mendy, et une partie de sa joie de vivre le 14 juillet dernier. Lucien Favre a du boulot.

La carte postale de l'été


" Chère Ligue 1,

Voilà un paquet d'années que je prenais mes quartiers en Allemagne, là où les sandales se portent avec des chaussettes. Me voilà maintenant à Nice, là où le soleil cogne 300 jours par an. Je succède à un mythe au sourire à la fois rare et dur, Claudius. Je récupère une équipe qui vient de terminer quatrième de Ligue 1 avec un magicien au pied gauche à la baguette. Dommage pour moi, je ne pourrais pas tellement profiter de l'héritage de mon prédécesseur : Hatem, Valère, Jérémy et Nampalys ne sont plus là. J'attends des recrues avec de la bouteille mais pour l'instant je fais avec ma garderie prometteuse. C'est un sacré challenge mais j'ai bien réussi à marcher sur le Bayern Munich de Guardiola, alors le Nancy de Correa… Bien entendu, en tant qu'étranger, je vais être attendu. Au moindre faux pas, on va me torpiller, me savonner la planche, me faire passer pour un guignol, sans doute se moquer de mon accent helvétique. Le pauvre Emery, il n'avait pas encore signé au PSG qu'on le faisait passer pour une bordille. Alors moi, imagine… Pas grave, on va faire comme Bielsa, Jardim, Ancelotti ou Ranieri, on va bosser en silence. À la Suisse, quoi.

Sportivement,

Lulu
"

La visite médicale


Le plus dur est toujours de confirmer. L'an dernier, Nice a terminé quatrième de Ligue 1 en jouant comme le FC Barcelone. Mieux, les Niçois sont passés plusieurs fois le dimanche soir sur Canal+, ce qui s'apparente à une rareté. Mais voilà, les grands messieurs du derniers exercices sont partis : Claude Puel, Hatem Ben Arfa, Valère Germain, Nampalys Mendy et Jérémy Pied. Soit l'architecte, le MVP, le Scottie Pippen, le capitaine et le meilleur sixième homme. Bon courage pour la suite. Une suite qui se conjugue avec un coach au CV reluisant (Lucien Favre), des promesses sur le terrain (Donis, Lusamba, Walter, Dalbert), et de nouveaux actionnaires en coulisses. Moralité, Nice va jouer la Ligue Europa et aimerait s'envoyer un peu de plaisir. Car depuis les attentats du 14 juillet, la ville de la Côte d'Azur tire la tronche. Quelque chose a changé…













Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant