La fiche de Bastia

le
0

Dixième de Ligue 1 l'an passé, le Sporting a une nouvelle fois connu un été bordélique entre un mercato tardif et ses passages devant la DNCG. L'idée est maintenant de se maintenir rapidement. Pour changer.

La carte postale de l'été


"Cher Sporting,

Dix-huit ans que je n'avais plus connu ça, putain. Cette fois, je n'ai plus le choix, c'est des tribunes de Furiani que je vais vous regarder vendredi soir contre le PSG. Bon, l'avantage c'est que je vais essayer de me taire cette fois et de ne pas les allumer dans la presse. La retraite m'apaise et je ne suis plus trop fessées. Je préfère regarder les gens en prendre, c'est plus sympa. Mais ouais les gars, vous me manquez déjà. Les gueulantes de Cicco aussi, le stress du maintien, la chaleur de Furiani, les embrouilles avec le continent, les policiers de la DNCG. On est comme ça : on n'aime pas le calme.

Cette saison, je sais que ça ne va pas changer : Julian a filé dans le Nord, Floyd aussi mais un peu plus haut encore et même le Brésilien qui claquait des coups de boule s'est tiré. Je ne sais pas trop où on va aller mais je sais que vous allez une nouvelle fois vous déchirer. C'est pour ça qu'on en chie en prépa, pour ça qu'on aime se faire pourrir chaque week-end : pour montrer qu'on mérite notre place chez les grands.

Je sais que mes bouclettes manquent dans le vestiaire,

Forza Bastia,

François Modesto.
"

La visite médicale


Quel cas d'école. Allongé sur la table, le Sporting est un objet d'étude à lui tout seul tant les années passent et se ressemblent. Sauf que cette fois, l'heure est peut-être plus grave : amputé de ses membres inférieurs qui lui permettaient encore de rester debout, le patient a été obligé de se faire implanter des lames nouvelles générations dont on ne connaît pas encore vraiment la fiabilité. Dans le même temps, la mutuelle a tenté de le faire casquer pour ses errements passés. Bref, un homme en soins palliatifs qui se bat encore contre une mort annoncée depuis plusieurs années.

L'homme à ne pas suivre : Florian Raspentino


Le joueur "oui, mais… ". Car les années passent et se ressemblent pour Flo' Raspentino et on ne peut plus parler de lui comme un espoir. Le constat…
















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant