La FFR calme le jeu

le
0
La FFR calme le jeu
La FFR calme le jeu

La nouvelle a surpris tout le monde. L'ovalie en premier lieu. Mercredi, l'Agence française de lutte contre le dopage(AFLD) a révélé que le rugby était le sport le plus touché par le dopage, en proportion des contrôles effectués. A froid, Christian Bagate, en charge de la lutte antidopage à la FFR a tenu à nuancer ces informations. « Nous avons eu cette année 22 contrôles positifs, mais ça ne veut pas dire dopage, a-t-il confié à l'AFP. Dans ces contrôles positifs, 9 concernent du cannabis et, si j'ai bien compris, elle (ndlr : la directrice du département des analyses de l'AFLD) les a éliminés. Après, j'ai trois AUT (ndlr : autorisation d'usage à des fins thérapeutiques) pour un produit antiasthmatique et trois personnes contrôlées positif mais condamnées très modestement parce qu'elles ont pris des gouttes dans le nez. Ensuite, j'ai un défaillant dont tout le monde a parlé car c'est un joueur qui n'était pas là lors du contrôle le matin (ndlr : l'arrière-ailier du Stade Français Djibril Camara). J'ai deux « obstructions », qui n'ont pas voulu être contrôlés, deux dérivés codéinés dont tout le monde a parlé et qui n'ont pas été condamnés (ndlr : Steffon Armitage et Eifion Lewis-Roberts). Et après, vous arrivez aux deux grands condamnés que nous avons eus, qui ont pris trois ans et un an et demi. » Il s'agit de Koberidze (Albi), condamné à 18 mois de suspension, et à un joueur de Beaune (Fédérale 1) qui a écopé de trois ans. « Surpris de la façon » dont les conclusions de l'AFLD ont été présentées, Christian Bagate n'a pas l'intention que l'image du rugby soit salie. Et la FFR en a donné une première indication.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant