LA FFF et LA LFP parties civiles pour les matchs truqués

le
0
LA FFF ET LA LFP PARTIES CIVILES POUR LES MATCHS TRUQUÉS
LA FFF ET LA LFP PARTIES CIVILES POUR LES MATCHS TRUQUÉS

PARIS (Reuters) - La Fédération française de football (FFF) et la Ligue de football professionnel (LFP) se sont constituées partie civile dans l'affaire des soupçons de trucage de matchs dans le football français, a-t-on appris mercredi auprès d'un porte-parole de la FFF.

Neuf personnes, dont les présidents des clubs de Nîmes (Ligue 2) et de Caen (Ligue 1), ont été interpellées mardi dans le cadre de cette enquête.

Les enquêteurs s'intéressent à plusieurs matchs de Ligue 2 disputés la saison passée par le Nîmes Olympique contre les équipes de Caen, Dijon, le CA Bastia et Créteil.

Les présidents des clubs de Nîmes et de Caen sont notamment soupçonnés de s'être arrangés à la fin de la saison dernière pour que leurs équipes fassent match nul et que Nîmes se maintienne en Ligue 2, dit-on de source policière. Le club de Caen a effectué sa montée en Ligue 1.

"Si ces soupçons sont avérés, il s'agit d'une affaire extrêmement grave pour le football français", a dit à la presse le président de la LFP, Frédéric Thiriez. "Si des faits de corruption, de trucage, d'arrangement, ou de simple tentative d'arrangement sont avérés, croyez-moi, les instances de la Ligue prendront les sanctions disciplinaires ou administratives, individuelles ou collectives qui s'imposent, avec la plus grande fermeté", a-t-il ajouté.

Ces sanctions peuvent aller jusqu'à la radiation et l'exclusion des championnats.

(Gérard Bon, avec Grégory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant