La FFF entre en guerre avec la LFP

le
0
La FFF entre en guerre avec la LFP
La FFF entre en guerre avec la LFP

Le comité exécutif de la FFF a décidé, ce jeudi matin, d'annuler la décision prise par la LFP de passer à deux montées au lieu de trois entre la Ligue 2 et la Ligue 1, et à deux descentes au lieu de trois en sens inverse, dès cette saison. Une décision qui provoque un conflit interne entre les deux instances du football français.

La guerre entre la FFF et la LFP est officiellement déclarée. Ce jeudi matin, le comité exécutif de la Fédération Française de football a annulé la décision de la Ligue de Football Professionnel de passer à deux montées entre la Ligue 2 et la Ligue 1, et à deux descentes en sens inverse. Pour les décisionnaires de la FFF, le vote de la LFP est « contraire à l’intérêt supérieur du football », une des deux seules raisons qui l’autorise à prendre cette décision. Désormais, les regards se tournent vers Frédéric Thiriez qui n’a pas manqué de réagir. « C’est une décision illégale et grave pour l’avenir du football, a confié le patron de la LFP. Je saisis donc immédiatement le Conseil d’Etat en référé. » Ce dernier avait déjà adressé une lettre en forme d’avertissement avant le comité exécutif. « Quant à l’intérêt supérieur du football, on ne voit pas en quoi il serait menacé par une telle réforme, qui vise à protéger un peu les clubs de l’élite, à sécuriser les investissements, privés et publics, et à limiter les catastrophes industrielles dont trop de clubs ont été victimes. »

Les présidents des clubs de Ligue 2 remontés

Dans le camp d’en face, on imagine la satisfaction des présidents des clubs de Ligue 2 qui avaient déjà commencé une fronde contre cette décision. Ces derniers étaient passés à l’offensive en déposant un référé devant le Conseil d’Etat et se disaient même prêts à entamer une procédure judiciaire. Le 16 juillet, Noël Le Graët, le président de la FFF, avait tenté de calmer le jeu en recevant le président du RC Lens, Gervais Martel, accompagné de ses homologues de Clermont (Claude Michy), du Paris FC (Pierre Ferracci), du Red Star (Patrice Haddad) et d’Auxerre (Guy Cotret). Comme attendu, Noël Le Graët a suivi l’avis du comité exécutif. « La Fédération a considéré que la décision de la Ligue n'était pas la bonne, a-t-il assuré. A partir de maintenant, la Ligue doit appliquer ce qui a été décidé par le comité exécutif. Nous souhaitons vivement que la Ligue redevienne la maison de tous les professionnels ! » Le football français se retrouve confronter à l’une des plus graves crises de son histoire. Et cela ne fait certainement que commencer.




Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant