La fève ivoirienne est trop petite, les exportateurs prudents

le
0

(Commodesk) La petite saison du cacao ivoirien a souffert d'un manque de pluie, et la fève est trop petite, selon le service achat d'un exportateur basé à Abidjan.

Les acheteurs et les paysans comptaient sur les pluies de mars-avril pour améliorer le produit, mais l'eau a manqué, et le cacao s'en ressent. Du coup, les sociétés exportatrices achètent moins, reconnait un négociant joint par Commodesk.

Chaque société a ses critères, mais toutes s'accordent sur la taille, qui conditionne la teneur en cacao de la fève. Les coopératives font le tour des acheteurs internationaux pour placer leurs fèves, mais trouvent rarement preneur. « Les producteurs essaient de mélanger les fèves, grosses et petites, mais là, comme il n'y en a pas de grosses, c'est délicat », explique notre interlocuteur.

Le prix à l'export (incluant impôts et taxes locales), basé sur le marché mondial, évolue peu, autour de 750 francs CFA par kilo. En revanche, les coopératives ont baissé leur prix d'achat, entre 450 et 525 francs CFA par kilo selon les régions productrices.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant