La fertilité après une grossesse extra-utérine

le
0
AVIS D'EXPERT - L'étude menée par l'équipe du Dr Perrine Capmas, chirurgien gynécologue et obstétricienne à l'Inserm et au CHU de Bicêtre, est rassurante.

En France, la grossesse extra-utérine concerne environ 2 % des grossesses soit 15.000 femmes par an. Une grossesse est dite extra-utérine lorsque l'embryon se développe en dehors de l'utérus, le plus souvent dans une trompe de Fallope (95 % des cas). En l'absence d'intervention médicale, les risques d'hémorragies par rupture de la trompe mettent la vie de la future maman en danger. Cependant, dans les pays développés, même s'il s'agit d'une urgence médicale, la mortalité liée à ce type de grossesse reste exceptionnelle en raison d'un diagnostic précoce et de traitements efficaces. L'intérêt est donc centré sur la préservation de la fertilité ultérieure. C'est pourquoi, dans notre laboratoire Inserm, associé à la maternité du CHU de Bicêtre, nous nous intéressons à l'impact d'une grossesse extra-utérine sur...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant