La fermeture de Fessenheim affecterait 2.000 emplois

le
5
LA FERMETURE DE FESSENHEIM AFFECTERAIT 2.000 EMPLOIS, SELON L?INSEE
LA FERMETURE DE FESSENHEIM AFFECTERAIT 2.000 EMPLOIS, SELON L?INSEE

STRASBOURG (Reuters) - La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), promesse de campagne de François Hollande, concernerait 2.000 emplois et aurait un impact sur les revenus de 5.000 personnes, estime l'Insee Alsace dans une étude publiée mardi.

La plus ancienne centrale du parc électronucléaire français emploie 850 salariés d'EDF et 510 personnes au sein d'entreprises sous-traitantes, avec près d'un tiers de cadres et deux tiers de techniciens et contremaîtres. S'y ajoutent 550 emplois induits par la consommation des ménages de ces salariés.

Ces chiffres confirment les données produites en mai 2012 par le cabinet Syndex à la demande des syndicats de la centrale qui contestent le projet de fermeture.

L'Institut national de la statistique a repéré seize entreprises sous-traitantes consacrant plus de 10% de leur effectif à des prestations pour EDF.

"Ces établissements et l'ensemble des 370 équivalents temps plein qu'ils emploient pourraient être affectés par une fermeture de la centrale au cas où la diminution de leur chiffre d'affaires les ferait passer sous un seuil critique de viabilité", affirme-t-il.

L'étude mesure l'impact qu'aurait cette fermeture pour la zone d'emploi. Un tiers seulement des 5.000 personnes concernées y ont élu domicile mais à Fessenheim même, 35% des 2.300 habitants sont liés à la centrale.

Elle relativise le phénomène en soulignant le caractère résidentiel et de plus en plus périurbain de la zone.

Tandis que la population y est en croissance régulière depuis le début des années 1970 et le lancement du chantier de la centrale, trois quarts des actifs travaillent ailleurs, à Colmar, Mulhouse ou Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne.

Les élus locaux s'opposent au projet de fermeture ou demandent, à défaut, des compensations.

"Les élus locaux ressentent mal l'absence de projet porté par l'Etat et se sentent quelque peu abandonnés, voire méprisés", affirme la commission d'enquête parlementaire sur les coûts du nucléaire dont le rapport a été publié le 10 juin.

La fermeture de la centrale de Fessenheim, dont les deux réacteurs de 900MW sont en service depuis 1977, a été confirmée dans le projet de loi de transition énergétique présenté le 18 juin par la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal.

La capacité nucléaire de la France serait plafonnée à 63 gigawatts, son niveau actuel, entraînant l'arrêt de l'unité alsacienne en même temps que la mise en service de l'EPR de Flamanville en 2016.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bigot8 le mardi 1 juil 2014 à 10:45

    ils s en fichent pour eux Fessenheim c est l Allemagne mdr

  • cresus57 le mardi 1 juil 2014 à 10:28

    sûrement bien plus d'emplois créés pour démanteler !

  • M7757981 le mardi 1 juil 2014 à 09:59

    @meyer130: Parce-qu'une centrale à lignite Allemande, ça ne pollue pas et ça ne risque pas d'exploser! ;-)Arrêtons cette désinformation!

  • meyer130 le mardi 1 juil 2014 à 09:37

    perdre 2000 emplois, cela n'est rien contre des milliers de morts lorsque cette centrale explosera, et que dire de la polution pour des populations !

  • M4960905 le mardi 1 juil 2014 à 09:13

    Combien d'emplois crées pour le démentèlement ? et de plus l'acquisition d'un savoir faire pour démenteler toutes les vieilles centrales à travers le monde