La fermeté de l'armée divise les Égyptiens

le
0
Le général al-Sissi affirme que l'État «ne pliera pas» face aux islamistes, qui ont annulé une marche dimanche. Près de 40 détenus islamistes sont morts dimanche dans des circonstances encore obscures.

Au Caire

«Ce que l'Égypte traverse en ce moment est le prix à payer pour protéger le pays des Frères musulmans.» Pas d'état d'âme chez Mahmoud Badr, le jeune leader du mouvement Tamarod, à l'origine de la pétition au succès national qui a contribué à la démission de Mohammed Morsi, le 3 juillet dernier. Polo gris et barbe de trois jours, Badr était récemment invité à s'exprimer à l'antenne de la télévision d'État. Une première, pour quelqu'un qui n'est pas un représentant de l'exécutif. Lors de son intervention, il a dans un premier temps appelé les citoyens à descendre dans la rue pour défendre l'armée, avant de se rétracter.

Le discours de Badr n'est qu'une manifestation parmi beaucoup d'autres de l'affrontement idéologique dans lequel l'É...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant