La «Ferme des 1000 vaches» mise en demeure de réduire son cheptel

le
0
La «Ferme des 1000 vaches» mise en demeure de réduire son cheptel
La «Ferme des 1000 vaches» mise en demeure de réduire son cheptel

Les exploitants de la ferme picarde dite des 1.000 vaches ont été mis en demeure vendredi de réduire leur cheptel, a-t-on appris auprès de la préfecture de la Somme.

La préfète de la région Picardie, Nicole Klein, a signé mercredi l'arrêté qui met en demeure l'exploitant. Ce dernier a désormais 15 jours pour se mettre en conformité. Indépendamment des poursuites pénales éventuelles, la ferme encourt des sanctions administratives, notamment une amende maximum de 15.000 euros et une astreinte journalière maximum de 1.500 euros, selon la préfecture.

500 vaches autorisées, 794 dans les faits

La ferme des 1000 vaches porte décidément bien mal son nom. Un arrêté préfectoral datant du 1er février 2013 limite le cheptel autorisé à 500 vaches, outre les «suites», c'est-à-dire les veaux et génisses qu'elles mettent au monde.

Or à l'issue d'un contrôle inopiné mené le 9 juin, le directeur de la ferme située à Ducrat (Somme), Michel Welter, n'avait eu d'autre choix que de reconnaître que le nombre de vaches était en fait bien supérieur, 794 têtes précisément. Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll avait promis «des sanctions» contre la ferme au lendemain de ce contrôle.

Brigitte Bardot prête à recueillir les vaches en trop

L'ancienne actrice Brigitte Bardot a proposé vendredi, dans une lettre ouverte adressée à Stéphane Le Foll, de recueillir, par l'intermédiaire de sa fondation les 300 vaches qui seraient ainsi sorties de la ferme.

«Je sollicite votre intervention immédiate et celle de la préfecture de la Somme pour assurer la confiscation des animaux afin de les confier à ma Fondation reconnue d'utilité publique», écrit Brigitte Bardot.

«Nous accueillons déjà plus de 2.000 animaux de ferme sauvés de l'abattoir, dont près de 600 bovins, alors imaginez quel bonheur ce serait de pouvoir organiser le transfert de toutes ces bêtes, les sortir de leur bâtiment sinistre et les mettre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant