La Fédération française de tennis visée par des perquisitions

le
0
PERQUISITIONS À LA FFT SUR DES SOUPÇONS DE MALVERSATIONS
PERQUISITIONS À LA FFT SUR DES SOUPÇONS DE MALVERSATIONS

PARIS (Reuters) - Des perquisitions ont été menées mardi au siège de la Fédération française de tennis dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de malversations au sein de la FFT, ont annoncé l'organisation et le parquet national financier (PNF).

Outre le siège de la FFT, les enquêteurs ont perquisitionné le domicile de son président, Jean Gachassin, et les bureaux de la société Havas Voyages à Tarbes, précise le PNF dans un communiqué. Des documents utiles à l'enquête ont été saisis.

Une enquête préliminaire a été ouverte le 19 mars dernier à la suite d'un signalement de l'Inspection générale de la Jeunesse et des Sports.

Celui-ci portait sur l'existence d'un système de revente occulte de billets à l'occasion du tournoi de Roland-Garros et aux conditions d'attribution du marché de la rénovation et de l'agrandissement du stade Roland-Garros, précise le PNF.

"Les équipes de la Fédération, élus et salariés, collaborent pleinement avec les enquêteurs", indique pour sa part la FFT dans un communiqué.

"La Fédération Française de Tennis n'a pas de commentaire à faire à ce stade de la procédure. Elle se réserve de se constituer partie civile si des faits délictueux devaient être révélés par l'enquête", ajoute-t-elle.

Le Journal du dimanche (JDD) avait affirmé en mars que la Direction de la jeunesse et des sports avait été chargée d'enquêter sur ces possibles malversations après une lettre de dénonciation reçue mi-2015.

La FFT est secouée depuis plusieurs mois par des rumeurs sur l'existence d'un trafic de billets du tournoi de Roland-Garros et des tensions entre son président Jean Gachassin et l'ex-directeur général de la FFT et de Roland-Garros Gilbert Ysern, finalement limogé début février.

Début avril, la FFT avait annoncé le dépôt d'une plainte contre X pour dénonciation calomnieuse et pour violation du secret professionnel.

Elle dénonçait alors "une tentative de déstabilisation dont personne n'ignore l'objectif: nuire aux projets de la FFT et au développement de Roland-Garros".

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant