La Fed souligne la faiblesse de la croissance aux USA

le
0

(Actualisé avec déclarations supplémentaires, réactions d'analystes) par Michael Flaherty et Howard Schneider WASHINGTON, 29 avril (Reuters) - La Réserve fédérale a souligné mercredi la faiblesse de l'économie américaine et du marché du travail aux Etats-Unis, qui contrecarre son projet de relèvement des taux d'intérêt d'ici la fin de l'année. Dans le communiqué publié à l'issue d'une réunion de deux jours de son comité de politique monétaire, la Fed semble indiquer qu'elle adopte désormais une approche au cas par cas l'amenant à décider à chacune de ses réunions s'il est opportun ou non de relever les taux pour la première fois depuis juin 2006. Par son jugement sur l'état de l'économie américaine, la banque centrale laisse toutefois entendre qu'elle ne lancera pas son tour de vis monétaire avant au moins septembre. "Le comité anticipe qu'il sera opportun de relever l'objectif de taux fédéraux lorsqu'il aura constaté une amélioration supplémentaire du marché du travail et qu'il sera raisonnablement confiant dans le fait que l'inflation reviendra vers son objectif de 2% sur le moyen terme", écrit le comité de politique monétaire de la Fed, qui a été unanime. Contrairement au communiqué consécutif à sa réunion du mois de mars, il n'exclut pas formellement une hausse des taux lors de sa prochaine réunion. Même si cela rend théoriquement possible une telle initiative en juin, les récentes statistiques sur l'économie américaine ne plaident pas pour ce scénario. Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a augmenté de 0,2% seulement en rythme annualisé selon la première estimation publiée mercredi par le département du Commerce, après une hausse de 2,2% sur les trois derniers mois de l'an dernier. Il s'agit du chiffre le plus faible enregistré depuis un an. ID:nL5N0XQ50M "FACTEURS PROVISOIRES" "Nous savons tous que la Fed aimerait commencer à normaliser ses taux mais la vérité, c'est que les données économiques ne le permettent tout simplement pas pour l'instant", a réagi Wayne Kaufman, analyste marché chez Phoenix Financial Services à New York. Dans son communiqué, la Fed constate que la croissance a "ralenti durant les mois d'hiver, ce qui est le reflet partiel de facteurs provisoires", en allusion apparente aux mauvaises conditions météorologiques. Les analystes considèrent septembre comme le moment le plus probable du futur relèvement des taux d'intérêt et la réunion qui vient de s'achever ne modifie en rien leur anticipation, certains parlant même de "non-événement" au sujet du communiqué publié ce mercredi. "Ça ne change rien. Ils regardent la même chose que nous, c'est-à-dire de savoir dans quelle mesure la météo a été un facteur provisoire", a commenté Jack Flaherty, gestionnaire de portefeuilles à New York. "Je crois qu'ils veulent le faire", a-t-il poursuivi au sujet du relèvement des taux. "Nous pensions que ce serait entre septembre et décembre et cela ne change pas vraiment. Nous dépendons nous aussi des données économiques, nous penchons pour septembre." A l'issue de sa prochaine réunion de politique monétaire en juin, la Fed publiera aussi de nouvelles prévisions économiques et sa présidente Janet Yellen participera à une conférence de presse. (Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux