La Fed reste prête à faire plus, assure Ben Bernanke

le
5
LA FED PRÊTE À DE NOUVELLES MESURES DE SOUTIEN
LA FED PRÊTE À DE NOUVELLES MESURES DE SOUTIEN

par Pedro da Costa et Mark Felsenthal

WASHINGTON (Reuters) - Le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke n'a pas dit grand chose mardi sur les intentions de la banque centrale en matière d'assouplissement monétaire, hormis de répéter qu'elle se tenait prête à agir si nécessaire.

S'exprimant devant la commission bancaire du Sénat, Bernanke a expliqué que la reprise économique aux Etats-Unis était freinée par le resserrement des conditions de financement imputable à la crise de la dette dans la zone euro et aux incertitudes entourant l'évolution de la politique budgétaire américaine.

Il s'en est sinon tenu pratiquement au message d'attente vigilante déjà livré le mois dernier, décevant certains investisseurs qui en attendaient plus, en particulier dans le sens d'un nouvel assouplissement quantitatif (QE3).

"Témoignant de ses inquiétudes sur le rythme des progrès dans la réduction du chômage et sur les risques baissiers qui pèsent sur la croissance économique, le comité (de politique monétaire) a clairement dit lors de sa réunion de juin qu'il se tenait prêt à prendre de nouvelles mesures", a-t-il dit dans son discours de présentation du rapport semestriel sur la politique monétaire.

Wall Street a d'abord baissé mais elle est revenue depuis en territoire positif, tandis que le dollar a monté et que les Treasuries ont effacé leurs pertes.

"Le marché se préparait à un signal suggérant une action imminente de la Fed et ce n'est pas du tout ce qu'il a obtenu", a commenté Omer Esiner, responsable de l'analyse de marché de Commonwealth Foreign Exchange à Washington. "Il a clairement laissé l'option du QE3 sur la table mais il n'a pas avancé d'un seul pas vers une action imminente."

EXPLICATION PARTIELLE DES ÉLÉMENTS SAISONNIERS

La prochaine réunion de la Fed se tiendra les 31 juillet et 1er août. La Fed maintient son taux au jour le jour quasi-nul depuis décembre 2008 et elle a racheté pour 2.300 milliards de dollars (1.900 milliards d'euros environ) d'obligations émises par l'Etat ou des établissements de crédit immobilier, afin de faire baisser les taux d'intérêt à long terme.

La reprise montrant des signes d'essoufflement, la banque centrale a promis de maintenir ses taux au plus bas jusqu'en 2014 au moins et elle a parallèlement allongé la maturité moyenne des obligations qu'elle détient, une "opération twist" destinée elle aussi à faire baisser les coûts des crédits longs.

Lors de la réunion de juin, la Fed a développé un peu plus son action de rééquilibrage de son portefeuille.

Malgré le déploiement de cet arsenal, la croissance des Etats-Unis a ralenti et reste insuffisante pour faire baisser le chômage. Le produit intérieur brut (PIB) n'a progressé que de 1,9% en rythme annuel au premier trimestre et les économistes s'attendent à une performance plus faible encore au deuxième trimestre.

Bernanke a dit que la Fed étudiera toute une panoplie d'outils pour stimuler encore la croissance s'il devient évident que le marché du travail ne s'améliore pas ou s'il existe un risque de déflation.

Il a évoqué la possibilité d'acheter encore des obligations, d'activer le guichet de l'escompte ou de réduire la rémunération des dépôts des banques auprès d'elles.

La Fed pourrait également jouer sur sa communication, en l'espèce sa promesse de maintenir les taux ultra-bas pendant une période prolongée, a-t-il ajouté.

Pour Ben Bernanke, la détérioration récente du marché du travail implique que la baisse du taux de chômage - actuellement à 8,2% - ne sera que très graduelle. Il a ainsi admis mardi pour la première fois que la détérioration de l'emploi ne s'expliquait pas uniquement par des facteurs saisonniers.

Les créations d'emploi sont tombées à 75.000 par mois en moyenne au deuxième trimestre, contre 226.000 au premier.

"Les problèmes liés à un ajustement saisonnier et au climat inhabituellement chaud de l'hiver dernier expliquent en partie, mais seulement en partie, cette perte d'élan des créations d'emploi", a-t-il dit.

PEU DE POIDS SUR LE LIBOR

Bernanke a également dit à la commission que la manipulation du taux Libor avait sapé la confiance dans les marchés financiers.

Il a ajouté que la méthode de calcul du Libor - les banques soumettent une estimation de leurs coûts d'emprunt - est "structurellement défaillante". Mais, a-t-il poursuivi, la Fed peut difficilement imposer un changement dans la mesure où la procédure est supervisée par la Fédération des banquiers britanniques.

Le président de la Fed a également profité de sa présence au Sénat pour appeler une nouvelle fois le Congrès à élaborer une stratégie crédible de réduction des déficits américains tout en évitant des coupes dans les dépenses et des hausses d'impôts brutales.

Evoquant la situation en Europe, Ben Bernanke a déclaré que la Fed restait en contact étroit avec les autorités européennes et qu'il voulait faire en sorte que le système financier continue de résister aux chocs financiers.

"Les marchés financiers et l'économie en Europe continuent de subir des pressions significatives, avec des effets de contagion sur les conditions économiques et financières dans le reste du monde, dont les Etats-Unis", a-t-il dit.

Nicolas Delame et Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7284255 le mardi 17 juil 2012 à 17:50

    m58 cette politique fonctionne car le dollar est la monnaie internationale par excellence. La meme politique a été menée en Grande Bretagne et les effets commence à s'en faire sentir avec une forte inflation qui lessive le pouvoir d'achat des ménages. En bref, les US ont exporté leur inflation dans le monde entier(mtière premiere, devises de pays emergents...)

  • M5859377 le mardi 17 juil 2012 à 17:37

    j'échange Merkel draghi contre ben bernanke

  • NORDGHAZ le mardi 17 juil 2012 à 17:21

    il nous faut un discours par semaine vivement qu'on revisite la cave mais les ricains devant nous car toujours sous leurs plus hauts. on se fait enfumer et racheter !!!

  • M6162927 le mardi 17 juil 2012 à 17:13

    la palme du commentaire intelligent

  • M7210200 le mardi 17 juil 2012 à 16:45

    lol

Partenaires Taux