La Fed replonge les investisseurs dans l'incertitude

le
0
LA FED REPLONGE LES INVESTISSEURS DANS L'INCERTITUDE
LA FED REPLONGE LES INVESTISSEURS DANS L'INCERTITUDE

MILWAUKEE/LOS ANGELES (Reuters) - Les dernières déclarations de responsables de la Réserve fédérale plongent à nouveau les investisseurs dans l'incertitude concernant le calendrier de relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis alors que Janet Yellen, la présidente de la banque centrale, avait clairement laissé entendre la semaine dernière qu'un resserrement aurait lieu cette année.

D'un côté, William Dudley, président de la Fed de New York, et John Williams, président de la Fed de San Francisco, sont allés lundi dans le sens de Janet Yellen, se disant favorables à un resserrement monétaire avant la fin 2015 au vu notamment de la remontée de l'inflation vers l'objectif de 2% fixé par la banque centrale américaine.

De l'autre, Charles Evans, à la tête de la Fed de Chicago, a au contraire estimé que l'inflation risquait de ne pas rebondir aussi rapidement que prévu, préconisant de ce fait une patience sur les taux -- maintenus à un niveau proche de zéro depuis décembre 2008 -- et un statu quo jusqu'à la mi-2016.

Les 17 membres du conseil de politique monétaire de la Réserve fédérale ont programmé cette semaine 16 discours ou apparitions publiques à travers le pays, deux semaines après que la Fed a pris de court les acteurs de marché en ne relevant pas ses taux d'intérêt. L'institut d'émission avait alors notamment expliqué sa décision par les inquiétudes suscitées par l'économie mondiale et par la volatilité des marchés financiers, deux éléments qui se sont exacerbés depuis.

Jeudi, Janet Yellen, qui doit encore s'exprimer cette semaine, avait dit s'attendre à ce que la banque centrale relève ses taux d'intérêt cette année, sous réserve que l'inflation reste stable et que l'économie des Etats-Unis reste suffisamment dynamique pour encore faire baisser le taux de chômage.

Mais, pour les investisseurs, les messages contradictoires de la Fed viennent encore compliquer une donne rendue préoccupante par le ralentissement économique chinois et l'effondrement des cours des matières premières.

"Beaucoup d'investisseurs pensent que la Fed est un peu perdue", estime Mohammed Amana, directeur de Beam Capital Management. "Elle s'est placée dans une position difficile en disant se préparer à relever ses taux d'ici la fin de l'année alors que chaque jour l'économie plaide pour l'inverse."

Charles Evans a pris acte d'une certaine frustration des intervenants de marché, soulignant que cela tenait notamment à la structure décentralisée de la Fed, où chaque responsable fait sa propre analyse de la conjoncture.

Outre les interventions de différents membres de la Fed, dont Stanley Fischer, son vice-président, la semaine sera marquée par les chiffres de l'emploi du mois de septembre, donnée essentielle pour une banque centrale dont le double mandat est le plein emploi et la stabilité des prix.

A en juger les futures sur taux d'intérêt, les courtiers doutent d'un relèvement d'ici la fin de l'année, avec des chances de voir un resserrement monétaire intervenir en octobre limitées à 11%, un ratio qui n'atteint que 35% pour une hausse des taux en décembre, selon la FedWatch de CME Group.

Le comité de politique monétaire de la Fed se réunira à deux reprises d'ici la fin de l'année, les 27 et 28 octobre et les 15 et 16 décembre.

(Jonathan Spicer et Ann Saphir, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant