La Fed oblige trois banques US à limiter leurs dividendes

le
0

(Actualisé avec contexte, précisions, cours en après-Bourse) par Douwe Miedema WASHINGTON, 11 mars (Reuters) - Trois grandes banques américaines de Wall Street ont dû revoir en baisse leurs projets de distribution aux actionnaires à la suite des tests de résistance annuels de la Réserve fédérale et deux banques étrangères ont vu leurs projets entièrement retoqués, signe que la Fed garde un strict contrôle sur le secteur. Dans le cadre de ces bilans de santé annuels du secteur, la Fed cherche à voir comment les banques résisteraient à des conditions de crise financière. Les banques doivent prouver que, même avec leurs projets de distribution de capitaux, leurs fonds propres resteraient au-dessus de certains seuils exigés. Goldman Sachs GS.N , JPMorgan Chase JPM.N et Morgan Stanley MS.N , qui ont toutes trois une forte exposition aux actifs à risque, ont limité leurs ambitions en matière de dividendes et de rachats de leurs propres actions, a déclaré la Fed mercredi, afin de s'assurer qu'elles auraient suffisamment de fonds propres pour résister à une éventuelle crise économique et financière. La révision de leurs projets de distribution permet à ces trois banques de passer les tests de la Fed. En revanche, comme prévu, les filiales américaines de deux banques étrangères, Deutsche Bank DBKGn.DE et Santander SAN.MC , ont vu leurs projets de distribution aux actionnaires rejetés pour des raisons d'ordre "qualitatif", qui montrent que la Fed doute de la maîtrise de leurs données internes et de leur capacité à gérer des systèmes efficaces de contrôle des risques. Leur projet ont été refusés alors même que les deux banques respectent les exigences minimales de fonds propres imposés par la Fed, qui a évoqué une "faiblesse généralisée et importante de tous leurs processus de projection en matière de fonds propres". Citigroup C.N , dont le directeur général Mike Corbat s'est attaché à éviter un nouvel échec face à ces tests, a dû pousser un soupir de soulagement après l'annonce que la banque les avait réussis, ce qui lui permet d'augmenter ses distributions aux actionnaires après en avoir été empêché deux fois en trois ans. Le titre Citi a pris jusqu'à 3,2% en après-Bourse. La banque a annoncé qu'elle relèverait son dividende à cinq cents par action et avait le feu vert pour un plan de rachat d'actions de 7,8 milliards de dollars sur quatre trimestres à partir d'avril. Dans le cadre de ces bilans de santé, l'autorité de régulation a également critiqué Bank of America BAC.N pour la faible qualité de ses contrôles du risque et ses projections. DIFFICULTÉS EN VUE POUR LES BANQUES ÉTRANGÈRES L'échec de quatre des plus grandes banques américaines à obtenir le feu vert sans condition illustre les divergences entre les banques de Wall Street et le régulateur sur les capitaux nécessaires pour faire face à une nouvelle crise. La Fed a commencé à faire passer ces tests de résistance en 2009, lorsque beaucoup des plus grandes banques américaines peinaient à rembourser les plans de sauvetage mis en place par l'Etat après la faillite de Lehman Brothers un an plus tôt. Morgan Stanley a dû abandonner son projet de rachat de 4,9 milliards de dollars d'actions préférentielles pour avoir le feu vert de la Fed, a-t-on appris de sources proches du dossier. L'action Morgan Stanley a malgré tout gagné 2,7% après Bourse, la banque ayant annoncé qu'elle rachèterait 3,1 milliards de dollars de ses actions ordinaires et qu'elle relèverait son dividende de 50% à 15 cents par action. Quant au projet de rachat de 6,4 milliards de dollars de titres de JPMorgan sur cinq trimestres, il est en retrait de 20% par trimestre par rapport aux 6,5 milliards autorisés l'an dernier sur quatre trimestres. Mais la banque est autorisée à relever davantage son dividende que l'an dernier. Dans la première partie des tests, les 31 banques américaines concernées sont parvenues à afficher un ratio de fonds propres au moins égal à 5% dans le cadre d'un scénario de crise, a annoncé la Fed la semaine dernière. ID:nL5N0W75SM Mais la deuxième partie du bilan, qui décide si les banques peuvent mettre en oeuvre leurs projets de distribution aux actionnaires, s'est avérée plus difficile, en raison notamment des éléments "qualitatifs" pris en compte par la Fed comme de savoir si les banques ont mis en place de bons mécanismes d'identification et de protection contre les risques. Enfin, l'échec de deux banques américaines détenues par des banques étrangères pourraient annoncer des temps difficiles pour d'autres banques étrangères qui vont rejoindre le bataillon des établissements soumis aux tests dans les années à venir comme les branches américaines de Credit Suisse CSGN.VX , Barclays BARC.L et UBS UBSG.VX . Seules sept banques contrôlées par des banques étrangères ont participé aux tests cette année. (Avec Emily Stephenson, Juliette Rouillon pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant