La Fed donne un nouveau coup de pouce à la croissance

le
0

par Pedro da Costa et Alister Bull

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale a donné mercredi un coup d'accélérateur à son action de soutien à la croissance, exprimant sa déception vis-à-vis du rythme de reprise de l'emploi en un moment où de difficiles négociations budgétaires pèsent sur les perspectives économiques des Etats-Unis.

La banque centrale a substitué à un programme de relance plus modeste - dit "Operation Twist" - qui arrive à son terme en fin d'année une nouvelle salve de rachats d'obligations du Trésor qui contribueront à gonfler un peu plus son bilan.

Elle en achètera pour 45 milliards de dollars tous les mois, en sus des 40 milliards de dollars d'obligations adossées à des créances hypothécaires (MBS) qu'elle rachète chaque mois depuis septembre.

Plus surprenant, la Fed a également adopté des objectifs numériques pour sa politique monétaire, ce qui n'était pas attendu avant le début de l'an prochain.

"(...) la surprise, c'est principalement qu'elle a remplacé la référence à la mi-2015 en matière de taux d'intérêt quasi-nuls par un seuil de chômage de 6,5%", observe Eric Stein (Eaton Vance Management).

Elle a dit en particulier qu'elle maintiendrait sans doute le taux des Fed funds proche de zéro tant que le taux de chômage restera au-dessus de 6,5%, que l'inflation ne dépasserait pas 2,5% à un horizon d'un à deux ans et qu'à long terme, les anticipations inflationnistes resteraient contenues.

"Le Comité (de politique monétaire, FOMC) redoute que sans politique monétaire suffisamment accommodante, la croissance économique ne soit pas suffisamment solide pour provoquer une amélioration durable des conditions du marché du travail", explique la Fed dans un communiqué.

La Fed a renouvelé son engagement à poursuivre ses rachats d'obligations tant que la situation de l'emploi ne se sera pas nettement améliorée. La baisse du taux de chômage à 7,7% en novembre, contre 7,9% en octobre, a été essentiellement imputable à une diminution de la population active et de ce fait ne satisfait pas à cette condition.

"DANS UNE IMPASSE"

Par l'"Opération Twist", la Fed achetait chaque mois pour 45 milliards de dollars de Treasuries à long terme grâce au produit de la vente de dette à court terme. Son nouveau programme sera essentiellement financé par la création monétaire, qui aura pour effet d'augmenter un bilan qui atteint déjà 2.800 milliards de dollars.

Le président Ben Bernanke donnera sa désormais traditionnelle conférence de presse à 19h15 GMT.

La Fed a ramené son taux d'intervention à près de zéro en décembre 2008 et a racheté pour 2.400 milliards de dollars d'obligations afin de faire baisser les coûts d'emprunt et de stimuler l'économie.

Malgré l'arsenal impressionnant déployé par l'institut d'émission, la croissance des Etats-Unis reste molle. De 2,7% annuellement au troisième trimestre, la croissance semble actuellement décélérer fortement.

Selon une enquête Reuters publiée mercredi, elle ne serait plus que de 1,2% durant le trimestre en cours.

Les entreprises sont dans l'expectative, redoutant l'effet d'un "mur budgétaire" l'an prochain - synonyme pour Ben Bernanke de probable récession - si le Congrès et la Maison Blanche ne parviennent pas à un accord budgétaire d'ici la fin de l'année.

La Fed publiera à 19h00 GMT une nouvelle série de projections économiques et de taux d'intérêt trimestrielles, susceptibles de prendre la forme d'une nouvelle révision à la baisse des perspectives de croissance.

La Fed anticipait en septembre une croissance de 2,5% à 3,0% en 2013 mais cela semble déjà trop optimiste, surtout aux yeux des économistes de l'enquête Reuters qui projettent 1,9%.

"Au vu des maigres résultats des quatre dernières années en matière de soutien à la croissance économique via des achats d'actifs, la Fed se retrouve dans une impasse, incapable d'améliorer la situation économique tout en craignant de modérer ses politiques de soutien de peur d'un effondrement économique", constate Joseph Trevisani (Worldwide Markets).

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux