La Fed doit maintenir le cap sur les taux-Williams

le
0
 (Actualisé avec citation) 
    SINGAPOUR, 29 mars (Reuters) - L'économie américaine reste 
sur la voie d'une remontée progressive des taux d'intérêt et les 
craintes au sujet de l'impact d'un ralentissement de l'activité 
mondiale ou encore concernant des accès de volatilité financière 
sont exagérées, a estimé mardi John Williams, président de la 
Réserve fédérale de San Francisco. 
    "Le destin d'autres pays ne dicte pas le nôtre. Je dis 
surtout ceci : poursuivons sur la voie tracée. Ne nous laissons 
pas distraire par le bruit et la distraction que créent parfois 
les commentaires", a-t-il déclaré dans un discours prononcé à 
l'université nationale de Singapour. 
    Il y a deux semaines, lors de sa dernière réunion de 
politique monétaire à l'issue de laquelle les taux étaient 
restés inchangés, la Fed a souligné sa prudence en termes de 
perspectives économiques en ne tablant plus que sur deux 
relèvements de taux cette année.   
    John Williams juge que si l'économie américaine enregistre 
cette année d'aussi bonnes performances qu'en 2015, elle pourra 
supporter une hausse régulière des taux. 
    "Si nous avons une inflation qui progresse clairement vers 
2%, si l'économie américaine continue de s'améliorer comme elle 
l'a fait l'année dernière (...) je pense que l'économie pourrait 
facilement faire face à deux hausses (de taux) ou plus cette 
année", a-t-il dit à la presse. 
    John Williams, qui ne dispose pas cette année d'un droit de 
vote au comité de politique monétaire de la Fed, a réaffirmé sa 
conviction que le taux de chômage aux Etats-Unis devrait être 
revenu aux environs de 4,5% d'ici la fin de 2016, tout en 
projetant une inflation de 2%, soit l'objectif de la Fed en la 
matière, d'ici deux ans. 
    En décembre, lors de l'annonce d'une première hausse des 
taux en près de 10 ans, la Fed avait laissé entendre que ces 
taux étaient susceptibles d'être relevés à quatre reprises en 
2016.   
    Le président de la Fed de San Francisco s'exprimait quelques 
heures avant la présidente de la Fed Janet Yellen, qui doit 
prononcer dans la journée un discours à l'Economic Club de New 
York. 
 
 (Lindsay Dunsmuir et Masayuki Kitano; Benoît Van Overstraeten 
et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique 
Tison et Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant