La Fed commencera à diminuer son QE3 en mars, selon une enquête

le
1
LES ÉCONOMISTES PRÉVOIENT QUE LA FED DIMINUE SON QE3 EN MARS
LES ÉCONOMISTES PRÉVOIENT QUE LA FED DIMINUE SON QE3 EN MARS

(Reuters) - Les économistes sont toujours d'avis que la Réserve fédérale américaine ne diminuera pas l'ampleur de son programme de soutien à l'économie avant le mois de mars, même s'ils sont plus nombreux que précédemment à ne pas exclure cette possibilité dès janvier, voire ce mois-ci, montre une enquête Reuters publiée lundi.

Après les chiffres de l'emploi pour le mois de novembre, publiés vendredi, meilleurs que prévu, nombre d'intervenants de marché ont dit que cela augmentait le risque de voir la Fed réduire plus rapidement que prévu son programme d'assouplissement quantitatif troisième du nom ("QE3").

Sur 63 économistes interrogés, 29 pensent qu'une première baisse du QE3 pourrait intervenir d'ici moins de 10 jours, après la réunion des 17 et 18 décembre, ou en janvier, soit avant que Janet Yellen, plutôt partisane du QE3, ne prenne la tête de la Fed à la place de Ben Bernanke.

Lors d'une enquête similaire menée il y a deux semaines, ils n'étaient que 19 sur 62 à évoquer une telle possibilité.

Ceci étant dit, une courte majorité des économistes sondés - 33 - pensent qu'il faudra attendre mars avant un début de dénouement du "QE3".

Ce programme, qui passe actuellement par 85 milliards de dollars de rachats d'actifs obligataires par mois, est le principal facteur de hausse de Wall Street depuis le début de l'année.

L'élan du marché boursier américain avait été interrompu en mai lorsque Ben Bernanke avait dit qu'une diminution du "QE3" pouvait intervenir avant la fin de l'année.

Les intervenants de marché, qui ne cessent depuis de spéculer sur le calendrier de la Fed, avaient alors estimé qu'une première réduction du "QE3" serait annoncée en septembre.

Mais la Fed avait surpris les investisseurs en maintenant en l'état sa politique monétaire ce mois-là, décision qui a propulsé Wall Street vers de nouveaux sommets dans les semaines qui ont suivi.

James Bullard, président de la Réserve fédérale de St-Louis, a déclaré dans la journée que la banque centrale américaine pourrait décider dès sa prochaine réunion de réduire légèrement l'ampleur de son programme de soutien à l'économie afin de prendre acte d'une amélioration du marché du travail aux Etats-Unis.

De son côté, Richard Fisher, président de la Fed de Dallas et opposant de longue date programme d'assouplissement quantitatif de la Fed, a été encore plus affirmatif en disant qu'il était "temps" de diminuer l'ampleur de ce programme, estimant que les coûts qui y sont liés "dépassent de loin" ses avantages.

Yati Himatsingka, Benoît Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • AND.KOTE le mardi 10 déc 2013 à 09:15

    Quelle plaie ces supputations sur la FED journellement depuis des mois .Il n'y a pas d'economie europeenne a la bourse de Paris?

Partenaires Taux