La fausse ceinture d'explosifs, nouvelle arme des braqueurs

le
0
Pour la troisième fois en moins d'un mois, un dabiste a été forcé par des braqueurs à porter une ceinture d'explosifs pour leur remettre de l'argent. Un nouveau mode opératoire qui inquiète les policiers.

Le chantage à l'explosif, nouvelle arme des braqueurs de distributeurs de billets ? En trois semaines, trois attaques de ce type ont eu lieu dans les Hauts-de-Seine : le 16 juillet à Rueil-Malmaison, le 1er août à Colombes et samedi dernier à Asnières. Le mode opératoire est toujours le même : les braqueurs contraignent le dabiste - un agent de sécurité privé chargé de réapprovisionner les distributeurs - à porter une ceinture d'explosifs, qui se révèle systématiquement factice. De la simple pâte à modeler à la place du plastic. Pour augmenter le réalisme, les malfaiteurs relient la ceinture à un téléphone portable, qui fait office de faux détonateur.

Pensant être directement menacés de mort, les dabistes ont alors des réactions très différentes. Ceux de Rueil-Malmaison et d'Asnières ont obtempéré et remis aux braqueurs la somme demandée : 250.000 euros, par exemple, dans le premier cas. L'agent de Colombes n'a en revanche pas cédé : il est parvenu ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant