La fausse affaire d'espionnage coûterait 11 millions à Renault

le
0
Les trois cadres licenciés réclament des réparations pour préjudice moral qui se chiffrent en millions, d'après Marianne . Le constructeur fait face à un dilemme pour décider d'accéder, ou non, à ces demandes.

La fausse affaire d'espionnage pourraît coûter très cher à Renault. D'après une enquête de Marianne à paraître demain, les trois cadres licenciés à tort réclament au constructeur automobile entre 2,4 et 3,2 millions d'euros pour préjudice morale. Des sommes sans précédent, à l'exception des 45 millions d'euros versés à Bernard Tapie dans le cadre de l'affaire Crédit Lyonnais, et qui s'ajoutent aux indemnités légales et pour licenciement abusif. Au total, l'addition pour le constructeur pourrait grimper à 11 millions d'euros.

Les trois cadres, qui ont effectué entre 12 et 32 ans de carrière chez Renault, ont déjà touché une indemnité légale: 480.000 euros pour Michel Balthazard, 200.000 euros pour Bertrand Rochette et 50.000 euros pour Matthieu Tenenbaum, d'après Marianne. Il vont, en outre, recevoir une indemnité pour licenciement abusif qui s'élèvent respectivement à 750.000 euros, 500.000 euros et 120.000 euros.

Abus de bien social ou prud'hommes

C

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant