La famille du foot professionnel se déchire

le , mis à jour à 09:20
0
La famille du foot professionnel se déchire
La famille du foot professionnel se déchire

La grande famille du football français est en crise. Tout ça pour une histoire d'argent, de pouvoir et d'ego. Ce spectacle pathétique s'est déroulé hier au siège de la Fédération française, où devait se tenir l'élection du nouveau conseil d'administration de la Ligue de football professionnel (LFP). Onze présidents de Ligue 1, dont Jean-Michel Aulas, deux présidents de L 2 et des représentants syndicaux, dont Raymond Domenech, ont boycotté cette élection. Elle est reprogrammée le 11 novembre.

 

Le magot des droits télé excite tout le monde

 

Cette soudaine lutte de pouvoir ne doit rien au hasard. « Des choses bougent en ce moment dans le football français, éclaire Didier Quillot, le directeur général de la LFP [...] Et le sujet de la répartition des droits télé vient de refaire surface. » La L 1 génère cette année 750 MEUR de droits audiovisuels (versés principalement par le groupe Canal + et par BeIN Sports). Ce montant est divisé entre les 20 clubs en fonction du classement et du nombre de matchs diffusés à la télé. Entre le moins bien loti et le plus richement doté, le rapport est de 1 à 4 environ.

 

Didier Quillot, l'homme fort de la Ligue depuis le printemps, réfléchit à un modèle plus égalitaire. Ce projet, s'il voit le jour, finira par faire l'objet d'un vote au conseil d'administration de la Ligue. D'où l'importance d'y siéger à tout prix.

 

Comment les petits clubs ont tenté un « putsch »...

 

C'est dans ce contexte que s'est déroulée l'intrigue politique des derniers jours. Mardi, en début de soirée, le syndicat Première Ligue, plutôt représentatif des « gros » clubs de Ligue 1, se rassemble à l'hôtel Baltimore (Paris, XVI e). L'ordre du jour ? Constituer une liste de huit candidats en vue de l'élection du conseil d'administration de la Ligue. Quatre présidents manquent à l'appel : Ruello (Rennes), Féry (Lorient), Fortin (Caen) et Nicollin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant