La famille de "l'ange blond" est en Bulgarie

le
2
La fillette surnommée l'ange blond.
La fillette surnommée l'ange blond.

L'endroit correspond à tous les clichés : un ghetto rom plongé dans la misère avec ses taudis entourés de tas d'ordures, sans canalisations et sans électricité. C'est ici, dans la ville de Nikolaevo, située au centre de la Bulgarie, que la police a été emmenée dans son enquête pour localiser les parents de la petite Maria, l'ange blond qui aurait été vendu à une autre famille de Roms, en Grèce. Les parents, Atanas et Sacha Roussev - leur identité a été confirmée par ADN -, ont été entendus jeudi 24 octobre pour expliquer l'abandon de leur bébé en Grèce en 2009. Selon les voisins de ce couple, Sacha Roussev s'est mise à pleurer en voyant à la télévision le mystérieux ange blond dans un camp rom en Grèce. Fanka Roussev, âgée de 12 ans, est une des filles aînées qui s'occupent des petits en l'absence des parents. "Ma mère a dit : Cette enfant est à moi", a-t-elle déclaré à l'AFP. En 2009, les Roussev sont partis travailler dans la Grèce voisine pour se faire un peu d'argent. On leur avait proposé de cueillir des poivrons, du travail au noir que les Roms de Bulgarie connaissent très bien. Les Roussev, âgés de 35 et 38 ans, habitent avec cinq de leurs neuf enfants dans une petite pièce meublée seulement d'un poêle à bois et d'un lit double. Sans emploi, ils vivent d'aides sociales et de travaux occasionnels. "Dans ce quartier, nous sommes presque tous illettrés, affirme Anton Kolev, un des cousins des Roussev. Au moins,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 25 oct 2013 à 18:03

    De Bulgarie en Grèce, pauvre petite. Si jeune et que n'a-t-elle pas subit, déjà. Quant à voir la gu?ule de ses « parents... »

  • 66michel le vendredi 25 oct 2013 à 14:21

    même l'instinct maternel disparait ! Un animal se battrait pour protéger ses petits. Mais dans le règne humain décadent, c'est le chacun pour soi et le fric