La famille de Foley avait reçu un courriel de l'Etat islamique

le
0

WASHINGTON, 22 août (Reuters) - Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) avaient annoncé dans un courriel récemment adressé à la famille de James Foley qu'ils exécuteraient ce journaliste américain enlevé en Syrie en représailles aux bombardements des Etats-Unis sur leurs positions dans le nord de l'Irak. D'après le GlobalPost, le site internet pour lequel travaillait ce journaliste, les ravisseurs avaient réclamé dans un précédent message une rançon de 100 millions d'euros ou la libération de prisonniers détenus aux Etats-Unis en échange de leur otage. Le GlobalPost a déclaré jeudi avoir reçu l'autorisation de la famille Foley pour rendre publique l'intégralité du courriel reçu une semaine avant la diffusion, mardi, de la vidéo montrant la décapitation de cet otage enlevé en 2012 en Syrie. Le GlobalPost dit avoir choisi "de le publier dans son intégralité par volonté de transparence et pour rendre pleinement compte de l'histoire de Jim. Nous pensons que ce texte offre un éclairage sur les motivations et les tactiques de l'Etat islamique." Ce courriel est présenté par ses auteurs comme "un message au gouvernement américain et aux moutons qui lui servent de citoyens". "Vous avez eu de nombreuses occasions de négocier la libération des vôtres via des transactions en argent liquide comme d'autres gouvernements l'ont accepté", est-il écrit. L'Etat islamique ajoute qu'il a proposé un échange avec des "musulmans que vous détenez actuellement". Au lieu de cela, poursuivent les auteurs du courriel, "vous revenez maintenant bombarder une nouvelle fois les musulmans en Irak, à l'aide cette fois de bombardements aériens et d'armées de procuration, tout en évitant lâchement une confrontation face à face!" Accusant les Etats-Unis de ne pas épargner les femmes, les enfants et les personnes âgées, l'Etat islamique prévient: "Nous n'épargnerons PAS les vôtres!" Ce courriel se conclut par une phrase affirmant que James Foley "sera exécuté en conséquence DIRECTE de vos offenses à notre égard!" Les Etats-Unis bombardent les positions de l'EI dans le nord de l'Irak depuis le 8 août. Evoquant des inexactitudes dans ce message, le GlobalPost souligne que la famille Foley "n'a pas 'eu de nombreuses occasions de négocier' la libération de Jim". "Après plus d'une année sans le moindre contact, les Foley ont reçu leur premier message de la part des ravisseurs de Jim le 26 novembre 2013 pour réclamer de l'argent, vite", ajoute le site internet. "Après que les activistes eurent prouvé aux Foley et aux enquêteurs qu'ils détenaient effectivement Jim, ils ont formulé leur unique demande d'une rançon de 100 millions d'euros ou de libération de prisonniers non identifiés détenus par les Etats-Unis", poursuit la publication en ligne. La famille de James Foley n'a ensuite plus eu aucune nouvelle jusqu'au courriel menaçant reçu ce mois-ci. (Peter Cooney; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant