La faiblesse de l'Hadopi favorise le piratage

le
0
La Haute Autorité présentait jeudi son rapport annuel d'activité. Elle se bat pour ne pas être rapprochée du CSA.

On attendait le chant du cygne, c'est plutôt celui du coq qui a retenti. L'Hadopi présentait jeudi son rapport d'activité pour 2012-2013. Trois ans après sa naissance, la Haute Autorité, en charge de la lutte contre le piratage en ligne, veut remettre les choses à plat. «L'Hadopi arrive à maturité dans ses missions», affirme sa présidente Marie-Françoise Marais, «notre institution fonctionne aujourd'hui à plein régime».

Depuis l'élection de François Hollande en 2012, l'Hadopi est pourtant donnée comme mourante. La remise du rapport Lescure sur la culture et le numérique en mai a inauguré une période de turbulences pour l'institution. Ce dernier préconisait que le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) hérite des fonctions de l'Hadopi, notamment celle de la riposte graduée, la promettant au passage à l'extinction. Cet éventuel transfert de c...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant