La facture très salée des intempéries de l'été

le
0
Le Groupement des assureurs mutualistes (Gema) a fait les comptes: le coût pour les mutuelles des dégâts liés aux orages, tempêtes, pluies violentes de l'été est pour l'instant estimé à 360 millions d'euros.

L'été dernier, le soleil a brillé en abondance sur l'Hexagone. Pour la majorité des Français ce beau temps restera le grand souvenir de leurs vacances 2013. Ils en oublieraient presque la multiplication des intempéries aussi violentes que courtes qui ont frappé le pays en juin, juillet et août. Cette succession d'orages, averses de grêle, tempêtes, pluies violentes ou encore inondations ont endommagé des dizaines de milliers d'habitations et d'automobiles. Des récoltes et des vignobles ont également été saccagés.

Pour les assureurs, ce sont bien sûr ces événements, très localisés mais dévastateurs, qui ont fait l'actualité. Le Groupement des assureurs mutualistes (Gema) a fait les comptes. Entre le 15 juin et les 31 août, ses adhérents (GMF, Maaf, Macif, Maif, Matmut...) ont reçu 220.000 déclarations de sinistres. À titre de comparaison, les mêmes membres du Gema avaient ouvert 28.000 dossiers de sinistres lors des inondations dans le Sud-Est de l'automne 2008.

La Gironde est le département le plus touché

La facture pour les mutuelles est pour l'instant estimée à 360 millions d'euros. Un niveau comparable avec le coût de la tempête Xynthia de fin février 2010. Environ 40% de ce coût global est porté par l'assurance automobile. De nombreux véhicules ayant été endommagés par des orages de grêle. La Gironde, où se sont abattus plusieurs orages très violents entre fin juillet et début août, apparaît comme le département le plus touché par ces événements.

Après une année 2012 déjà difficile pour les assureurs français en terme de sinistralité, le cru 2013 ne s'annonce donc pour l'instant pas meilleur. Une mauvaise nouvelle pour les assurés qui risquent de voir leurs tarifs valser.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant