La facture énergétique des ménages a baissé en 2014 grâce à un hiver doux

le
3
Au niveau national, la facture énergétique de la France a atteint un peu moins de 55 milliards d'euros en 2014, en repli de 17% sur un an (MPanchenko/shutterstock.com)
Au niveau national, la facture énergétique de la France a atteint un peu moins de 55 milliards d'euros en 2014, en repli de 17% sur un an (MPanchenko/shutterstock.com)

(AFP) - Chaque ménage français a dépensé en moyenne 2.980 euros en 2014 pour couvrir ses besoins en énergie (transport et logement), un chiffre en baisse de 7% par rapport au pic de 2013, d'après un bilan du ministère de l'Ecologie.

Selon le "Bilan énergétique de la France en 2014" publié vendredi, les dépenses d'énergie dans le logement ont chuté de près de 11% car "la douceur exceptionnelle des températures hivernales a jugulé l'impact négatif qu'aurait pu avoir la poursuite de la hausse des prix de l'énergie du logement".

Le prix de l'électricité a en effet augmenté de près de 6% l'an dernier, alors que l'essentiel des ménages utilisent cette énergie pour se chauffer.

Du fait de la chute des prix du pétrole à partir de la mi-2014, la dépense moyenne de carburant a également baissé de 60 euros sur l'année par ménage.

La facture énergie des Français était de 3.210 euros en 2013, soit 6,2% des dépenses globales d'un ménage, une proportion inégalée depuis 1991.

Au niveau national, la facture énergétique de la France (c'est-à-dire la différence entre les importations et les exportations d'énergie) a atteint un peu moins de 55 milliards d'euros en 2014, en repli de 17% sur un an, retrouvant "un niveau proche de celui du début des années 1980", note le ministère.

Elle avait déjà reculé de 4,6% l'an dernier après le record de 2012.

Ce recul s'explique par la baisse des prix internationaux des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) et des prix de gros de l'électricité en Europe ainsi que par la baisse de la consommation d'énergie du fait d'un hiver particulièrement doux.

Conséquence: la France a eu besoin de moins importer d'énergie l'an dernier, les volumes achetés à l'étranger tombant à leur plus bas niveau depuis 1988.

La consommation finale d'énergie du pays a atteint 150 millions de tonnes équivalent pétrole (corrigé des variations climatiques), en baisse de 1% par rapport à 2013.

"Elle a baissé dans tous les secteurs à l'exception des transports où elle est restée stable", note le Commissariat général au développement durable (CGDD), auteur de cette note.

"L'essentiel de la baisse est imputable au secteur résidentiel" mais la consommation "s'est effritée également dans l'industrie, le teritaire et l'agriculture".

Les produits pétroliers restent la première énergie consommée en France toutes filières confondues, (41%), devant l'électricité (24%), le gaz (21%), les énergies renouvelables (10%) et le charbon (4%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le dimanche 26 juil 2015 à 18:38

    C'est clair qu'ils ont oublié le rétro-actif d'EDF .L'AFP ne vérifie pas ses infos ?

  • mauralph le vendredi 24 juil 2015 à 20:57

    faux, Ratrapage EDF + 7%

  • gnapi le vendredi 24 juil 2015 à 17:01

    Article qui sort au bon moment, toujours tendance RN / bisounours, qui permet de faire passer les traditionnelles hausses estivales qui sont, de manière récurrentes, un multiple de l'inflation officielle.Le résumé serait : vous êtes chanceux vous avez peu payé en 2014.