La face sombre du Vatican

le
0
La basilique Saint-Pierre en Lego (image d'illustration). 
La basilique Saint-Pierre en Lego (image d'illustration). 

Escroqueries, privilèges exorbitants, menaces, incompétence : c'est la face sombre du Vatican que deux ouvrages présentés mercredi 4 novembre 2015 à Rome, Chemin de croix, de Gianluigi Nuzzi, et Avarice, d'Emiliano Fittipaldi, révèlent. Pour les croyants, le chapitre le plus douloureux est celui qui concerne le denier de Saint-Pierre. Financé par le don des fidèles, ce fonds qui est à la disposition directe du pape est censé alimenter les ?uvres de charité de l'Église. Une mission fondamentale pour un pape qui prêche « une Église pauvre au service des pauvres » et a choisi de s'appeler François, comme saint François d'Assise.

2 euros pour les miséreux

À titre d'exemple, les croyants ont donné 378 millions d'euros pour l'obole de Saint-Pierre en 2013. Mais au terme d'un travail rendu extrêmement difficile par les réticences de la hiérarchie de la curie, les experts financiers de la Cosea, la commission d'enquête instaurée en 2013 par Jorge Bergoglio, ont démontré que la vocation du denier de Saint-Pierre a été trahie. Sur 10 euros de dons qui entrent, 6 sont utilisés pour renflouer les comptes des différents dicastères (les ministères) du Saint-Siège, 2 euros consolident le fond qui affiche une provision de 400 millions et seulement 2 euros vont effectivement aux miséreux.

Un détournement de fonds dicté par l'incompétence des administrateurs du Saint-Siège. Gianluigi Nuzzi révèle par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant