La F1 " se tire dans le pied " pour Eric Boullier

le
0
La F1 " se tire dans le pied " pour Eric Boullier
La F1 " se tire dans le pied " pour Eric Boullier
Alors que la F1 vit des changements presque fondamentaux avec l'introduction de nouveaux moteurs plus propres, les critiques se multiplient autour de la discipline reine du sport automobile. Pour le directeur de course de McLaren, le Français Eric Boullier, la F1 " se tire dans le pied " en se concentrant sur le négatif.

La Formule 1 connaît bien des bouleversements en cette saison 2014. L'introduction d'une nouvelle technologie avec le moteur V6 turbo hybride a rebattu les cartes et permis à Mercedes d'établir une domination quasiment sans partage. Mais cette « nouvelle » F1 a aussi attiré son lot de critiques, principalement sur le niveau de performance des monoplaces, mais surtout sur le bruit du moteur. Un bruit moins intense, plus feutré, assourdi qui ne plait pas aux organisateurs de Grands Prix, qui s'en sont plaint ouvertement à Bernie Ecclestone, à la FIA et aux écuries. Mais les recherches dans le but d'intensifier ce son ont toutes échouées. Face à ces critiques, le directeur de course de l'écurie McLaren Eric Boullier considère qu'en donnant trop d'importance à ces critiques, la F1 « se tire dans le pied ». « Nous nous tirons dans le pied en ce moment, avec tout le monde qui critique, mais nous avons des courses intéressantes quasiment tous les week-ends, a déclaré Eric Boullier au magazine britannique Autosport. Nous avons plus de pays intéressés par l'organisation d'un Grand Prix et nous devons appuyer ce mouvement et soutenir ces changements car c'est une bonne chose de voir la F1 aller dans de nouveaux pays. » En effet, après Abu Dhabi, Bahreïn, la Chine, la Corée du Sud, l'Inde ou Singapour, la Russie, le Mexique et l'Azerbaïdjan vont faire leur entrée au calendrier dès cette année et les années à venir.

« Il y a de nouvelles manières de vendre des billets »

Mais, d'autres voix se font entendre dans le petit monde de la F1. En effet, le président non-exécutif de l'écurie Mercedes, Niki Lauda, critique aussi les promoteurs des Grands Prix qui ont du mal à remplir les tribunes. « Les promoteurs doivent regarder ce qui a été fait à Spielberg, note l'ancien pilote autrichien, toujours dans les colonnes d'Autosport. Red Bull est une organisation professionnelle et a vendu 80 000 places pour le Grand Prix d'Autriche en trois jours grâce à des publicités à la radio et sur internet. Il y a de nouvelles manières de vendre des billets et les promoteurs doivent réfléchir sur ce qu'ils peuvent offrir aux fans tout au long des week-ends de course. » Enfin, la F1 voit son audience télévisuelle baisser d'année en année, et l'arrivée de la discipline sur des chaines payantes dans des marchés tels que le Royaume-Uni, la France, l'Italie ou l'Espagne ne va pas inverser cette tendance. « Vous pouvez voir une certains stagnation des audiences TV mais aussi une augmentation dans le monde digital », note Toto Wolff, directeur de Mercedes Motorsport. En effet, la F1 pourrait augmenter sa présence sur internet, actuellement limitée à des vidéos à la demande gratuite avec les meilleurs moments et des tours embarqués. Ce que le MotoGP fait en vendant lui-même la diffusion sur internet de son championnat, avec une couverture plus importante que les diffuseurs TV pourrait être un modèle à suivre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant