La e-dépendance aux réseaux sociaux, ça se soigne

le
0
La e-dépendance aux réseaux sociaux, ça se soigne
La e-dépendance aux réseaux sociaux, ça se soigne

Vous n'en pouvez plus de vérifier votre smartphone toutes les trois minutes dans l'attente fébrile d'un courrier électronique ou d'un SMS? Le burn-out numérique vous menace? Les thérapies contre l'addiction aux nouvelles technologies se développent, du papier peint anti-wifi aux vacances 100% "offline"."Les gens se connectent sans arrêt, partout, dans toutes les positions - au lit, au restaurant, dans les salles d'attente", constate Remy Oudghiri, directeur de l'institut de sondage français Ipsos et auteur d'un livre sur la "e-dépendance".Les écrans ont colonisé les années 2010. Aux Etats-Unis, près de la moitié des adultes disposent d'un smartphone, et plus d'un tiers arborent une tablette numérique."Ce surgissement soudain des possibilités infinies de connexion, après une période initiale d'enthousiasme, conduit chaque utilisateur à réfléchir sur la façon de savourer l'existence tout en profitant de leur connexion. La question se pose de savoir comment éviter la dépendance", ajoute M. Oudghiri.Des chercheurs français ont créé un papier peint spécial qui bloque la transmission des ondes wi-fi. Un fabricant, Ahlstrom, envisage de lancer ce produit sur le marché l'année prochaine.L'intérêt est grand, en particulier dans les écoles pour empêcher les élèves et les étudiants de passer trop de temps pendus à leur téléphone pendant les cours, d'après un porte-parole de cette société.D'après une enquête d'Ipsos, près d'un tiers des Français éprouvent le besoin de déconnecter, et des tendances comparables se dégagent dans d'autres pays.En 2006 déjà, Ipsos avait mis en avant que 54% des Français avaient le sentiment de passer moins de temps ensemble en raison des avancées des nouvelles technologies. Et le chiffre est passé à 71% l'année dernière."Désintoxication numérique"Dans le secteur du tourisme, des hôtels se sont engouffrés dans le créneau de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant