La dynamique de création des sociétés de gestion s'est poursuivie en 2010

le
0
(NEWSManagers.com) -

L'industrie de la gestion financière comptera bientôt plus de 600 sociétés. Selon les derniers chiffres de l'AFG, la dynamique de création s'est poursuivie en 2010, avec 44 nouvelles sociétés de gestion, le nombre de créations nettes s'élevant à 25 unités.

Sur la base de ces chiffres, on compte à la fin de l'année écoulée 592 sociétés de gestion contre 567 un an plus tôt. Selon l'association professionnelle, une vingtaine de dossiers seraient actuellement en cours d'agrément. En parallèle se poursuivent des mouvements de réorganisation et de consolidation de certains groupes de gestion. Les effectifs sont toutefois demeurés stables, selon une étude à paraître de l'AFG.
L'association souligne que les sociétés de gestion françaises, quelle que soit leur taille, sont de plus en plus actives à l'international où elles gagnent des parts de marché. Deux groupes français figurent parmi les dix premier groupes de gestion au niveau mondial, et quatre parmi les vingt premiers (Amundi, Natixis, Axa et BNP Paribas).

La France a ainsi réussi à garder sa place de numéro un de la gestion financière d'OPCVM en Europe, avec une part de marché de 20,6% selon les estimations de l'AFG, mais elle est talonnée par l'Allemagne (19,4%) et dans une moindre mesure le Royaume-Uni (16,9%). Mais un examen de la variation des actifs sous gestion en Europe montre des situations très contrastées, avec des gains de 10% pour l'Allemagne (le CAC a perdu 2 % alors que le Dax a gagné 10 %), 17% pour le Luxembourg, 27% pour l'Irlande et 30% pour le Royaume-Uni (il est vrai avec un effet marché plus important outre-Manche en raison de la plus forte proportion de fonds d'actions).

En termes de domiciliation d'OPCVM, la France occupe la deuxième place en Europe, avec une part de marché de 18,2% à fin septembre, derrière le Luxembourg (27%). L'Allemagne reste stable à 14,3% alors que l'Irlande progresse à 11,5%. Les deux centres off shore que sont le Luxembourg et l'Irlande concentrent désormais quelque 40% de la domiciliation des fonds européens, contre 24% il y a dix ans.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant