La dure succession nationale de George Best

le
0
La dure succession nationale de George Best
La dure succession nationale de George Best

George Best a gagné un Ballon d'or et le respect éternel de tous ceux qui aiment le football. Surtout, Best a permis de placer l'Irlande du Nord sur une carte. Avec Pat Jennings, il est sans doute le footballeur de l'Ulster le plus connu de l'histoire. Mais comment les contemporains offensifs de Georgie ont-ils réussi à vivre avec un tel fardeau depuis le départ du patron ? C'est simple, en ne s'invitant pas à la table des plus grands.

Années 80 : Norman Whiteside
À 17 ans et 42 jours, Norman Whiteside déloge Pelé de la plus haute marche des précoces en Coupe du monde. On est en 1982 et l'Irlande du Nord affronte la Yougoslavie en Espagne. Le jeune gaucher est encore un môme, mais il a une belle réputation dans son pays natal. Il faut dire qu'il évolue à Manchester United où il va devenir le plus jeune Mancunien à scorer en Coupe de la Ligue, en finale de FA Cup, mais aussi en championnat. C'est Bob Bishop, le même mec qui a scouté George Best, qui repère Whiteside à 13 ans. À l'époque, le gaucher jouait dans la 72e brigade des boyscouts de Belfast. Une aubaine pour un garçon dont toute la famille adorait MUFC. Un nouveau Best à United et en équipe d'Irlande du Nord ? Non. "Les seules choses que j'ai en commun avec George Best, c'est d'être originaire du même endroit, de jouer pour le même club et d'avoir été découvert par le même homme", dira très vite Norman pour ne pas accepter ce lourd fardeau.

Il est vrai que les deux Nord-Irlandais ne se ressemblent pas vraiment. Originaire de Shakill Road à Belfast, il va pendant longtemps traîner une sale réputation sur les pelouses anglaises où son côté bagarreur lui vaudra le surnom de "Skinhead de Shankill". En dépit d'une belle patte gauche et d'un talent certain, Whiteside aimantait surtout les avertissements durant les matchs. Barré en attaque par le duo Hughes-Stapleton, le coach Ron Atkinson replace le Nord-Irlandais au milieu de terrain où il officie comme récupérateur-relayeur. C'est donc dans l'ombre que le gaucher va traverser une carrière pourtant réussie avant de se reconvertir en pédiatre une fois les crampons raccrochés. Son vice en dehors du terrain ? Le poker. Mais toujours à la limite. On est bien loin de la folie destructrice de George Best.

Norman Whiteside
Années 90 : Keith Gillespie
Comme Whiteside et Best, Gillespie a été formé à Manchester United. Gaucher et technique, le Nord-Irlandais était de la fameuse génération 1992 des Red Devils qui gagna la...







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant