La dune du Pilat vaudrait 50 centimes le mètre carré

le
4

Au terme d’une déclaration d’utilité publique, l’Etat s’apprête à racheter les 250 parcelles privées qui constituent la majorité de la Dune du Pilat. Mais les propriétaires voient l’opération d’un mauvais œil.

Le rachat par l’Etat des parcelles privées de la Dune du Pilat (Gironde) a bien du mal à passer. Une enquête publique parue début juillet, s’est prononcée en faveur de la déclaration d’utilité publique pour cette procédure de rachat. Résultat: les 150 propriétaires différents détenant les 250 parcelles privées de la dune, devraient se voir proposer un rachat par le Conservatoire du littoral. S’ils n’étudient pas sérieusement cette proposition, ils risquent l’expropriation.

Problème de poids: les tarifs proposés sont particulièrement faibles! Guillemette Rolland, la déléguée régionale du Conservatoire du Littoral, confie ainsi à Capital.fr avoir finalisé une acquisition à l’amiable de «l’une des parties les plus fréquentées du nord du site, soit un ensemble de 120 hectares négocié à 600.000 euros». Soit 50 centimes le mètre carré. La même responsable explique qu’au cours des dernières années ce sont 80 hectares qui ont été acquis «pour un montant total approximatif de 800.000 euros», soit 1 euro le mètre carré.

Il est vrai que le prix est établi à partir de l’avis de l’organisme public France Domaine, pour qui les espaces naturels n’ont pas de valeur d’usage... Pourtant, le site qui accueille près de 2 millions de visiteurs par an, draine une véritable manne économique dans la région. Selon une étude menée par les cabinets NXA, Deloitte et l’Agence Scarabée, parue fin 2014, la plus haute dune d’Europe dégagerait entre 11 et 13 millions d’euros de retombées directes, et jusqu’à 168 millions d’euros de recettes indirectes.

Alors que le succès du lieu ne se dément pas, l’Etat souhaite y mettre de l’ordre pour mieux contrôler des activités qui se développent, comme le parapente, les bivouacs ainsi que les campements et stationnements sauvages. L’objectif est donc est donc de détenir la totalité des 506 hectares qui constituent le Grand site de la dune du Pilat, dont plus de 60 % appartiennent encore à des propriétaires privés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M999141 le mardi 18 aout 2015 à 12:10

    C'est une spoliation de plus. Le minimum devrait être le prix moyen au m2 d'un rond point, grande spécialité française

  • mpincon le mardi 18 aout 2015 à 08:52

    Les propriètaires privés ont donc intérêt à aller devant le juges des expropriations ,qui peut très bien réévaluer ces terrains à leur juste valeur ,sa décision devenant alors opposable à l'Etat .Appamée

  • bap74 le mardi 18 aout 2015 à 05:03

    Comme disait Coluche, si des énarques achètent, dans 5 ans on va devoir acheter du sable ailleurs :-)

  • frk987 le lundi 17 aout 2015 à 18:08

    le m2 au sol ou bien le m2 dans la pente.....