La Duchère en National, Lyon en veut-elle vraiment ?

le
0
La Duchère en National, Lyon en veut-elle vraiment ?
La Duchère en National, Lyon en veut-elle vraiment ?

Promue sportivement en National en cette fin de saison, l'AS Lyon-Duchère se prépare déjà à l'avenir sans connaître le montant exact de son futur budget. La majorité PS de la municipalité ne peut pour le moment alourdir le chèque de subvention, l'opposition et les dirigeants du club dénonçant ces incohérences politiques à leurs yeux. Et le quartier n'a pas oublié la montée refusée en D2 pour d'obscures raisons en 1993.

Si la hype du printemps dans le foot amateur, Marseille-Consolat, lancé dans sa quête de L2 malgré ses moyens dérisoires, a finalement échoué dans son entreprise, une autre histoire singulière s'est écrite à l'étage en dessous cette saison. Dans le groupe B de CFA, celui-là même qui a vu le GF38 de Nassim Akrour, avec un semi-professionnalisme et des moyens conséquents, échouer une quatrième saison d'affilée à retrouver le National. Après Strasbourg, Consolat et Béziers, c'est l'AS Lyon-Duchère qui est devenue la bête noire des Isérois. Planté comme les Minguettes sur son plateau, au nord de Lyon, le club fondé en 1964 par des Pieds-Noirs, ceux-là même revenus par milliers d'Algérie lors de la construction des barres, peut de nouveau bomber le torse. Sur la troisième colline la plus haute entourant la capitale des Gaules, on se sent au plus haut sportivement.

La fierté est retrouvée au stade Balmont : le vrai patron du foot dans le Rhône derrière l'OL, c'est La Duch', une des 80 aires urbaines de France que le ministère de l'Intérieur classe en "Zone de sécurité prioritaire". Une ZSP réputée aux yeux des Lyonnais comme une terre de logements sociaux (60%), de chômage (plus de 20%), d'émeutes (en 1997 après la mort de Fabrice Fernandez, 24 ans, plombé à bout portant dans un commissariat), et ses deals de shit et de GAV. Le plan de rénovation urbaine a changé quelque peu cette fresque sociale pas encore poussiéreuse, les dominos de gravats ayant laissé place à des immeubles décents pour les habitants. Les bookmakers immobiliers promettent même un avenir de Croix-Rousse à ce grand ensemble. Dans cette éclaircie toute contemporaine et à confirmer, l'ASLD tient aussi sa part de responsabilités, comme d'autres cités d'Europe se sont élevées cette saison derrière des guerriers en short. "On est un peu le Leicester de CFA, on est tellement miraculé...", sourit le président du club, Mohamed Tria, enfant du quartier devenu un homme d'affaires à la réussite personnelle et professionnelle estimée.

Impératif sportif vs impératif économique


Toute proportion gardée, comme les Foxes, La Duchère a gagné son titre en CFA un an après avoir obtenu son maintien au tout dernier moment. "Ce qui s'est produit cette année est issu de la dynamique enclenchée à partir de ce moment-là. On n'avait pas…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant