La drôle de guerre entre Hollande et Valls

le , mis à jour à 07:39
2
La drôle de guerre entre Hollande et Valls
La drôle de guerre entre Hollande et Valls

Pas un appel ni un texto, rien. Ils n'avaient pas échangé un seul mot depuis la parution ce week-end d'un entretien où Manuel Valls défiait ouvertement son chef : François Hollande. Le Premier ministre n'excluait pas de se présenter contre le président à la primaire organisée fin janvier par le PS. Une situation inédite dans une Ve République pourtant riche d'affrontements au sommet.

 

Hier, l'explication entre les deux hommes s'est déroulée à huis clos. Arrivé à l'Elysée à 12 h 30, Valls est monté s'entretenir dans le bureau du président. Puis ils sont redescendus au rez-de-chaussée pour déjeuner dans le salon des portraits jusqu'à 14 h 30. Que se sont-ils dit ? Quels regards courroucés ou glacés ont-ils échangés ? Ont-ils passé un accord pour rafistoler une drôle de paix ?

 

Peu de choses ont filtré, si ce n'est une communication particulièrement sobre et millimétrée. « La consigne, c'est de calmer le jeu », résume un responsable socialiste. Ce qui donne dans la bouche d'un conseiller du président : « Ils ont échangé sur tous les sujets, dans une volonté d'apaisement réciproque ». Et dans celle d'un proche du chef du gouvernement : « le Premier ministre a expliqué qu'il ne pouvait y avoir et qu'il n'y aurait jamais de crise institutionnelle. » Et il a exclu de démissionner, arguant de son « sens de l'Etat ». A la limite du déni, un ténor vallsiste affirme : « Entre eux deux, cela n'a jamais été la guerre. » Ah bon ?

 

Reste que ce conflit au sommet du pouvoir n'augure rien de bon ni pour l'un ni pour l'autre, et encore moins pour le PS à cinq mois de la présidentielle, alors que la droite est rassemblée derrière son champion, François Fillon. « On ne peut pas être dans une spirale mortifère des ego », reconnaît un proche du chef de l'Etat.

 

Le président, qui déteste agir sous la pression, attendra cependant quelques jours (en principe) pour mettre un terme au suspense ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a 5 mois

    Et VALLS devint la carpette !

  • M898407 il y a 5 mois

    Il faut virer d'urgence ces deux pitres pour incompétence notoire susceptible de porter nuisance au pays !!!