La drôle de campagne de Désir et Cambadélis

le
6
Les deux candidats à la succession de Martine Aubry à l'automne poursuivent leur campagne pendant l'université d'été du PS à La Rochelle.

Ils rêvent de prendre la direction du PS. Mais sont suspendus à la décision de Martine Aubry: partira, partira pas? Et si elle part cet automne, quel successeur choisira-t-elle? À La Rochelle, Harlem Désir et Jean-Christophe Cambadélis font campagne sur la pointe des pieds. «S'ils étaient persuadés que Martine partait, ils feraient une campagne de folie, s'amuse le député Malek Boutih. Là, ils sont bridés. Ils sentent qu'ils n'ont pas vraiment d'espace.» Désir et Cambadélis font avec, chacun à sa manière. Le numéro 2 du PS, qui enchaîne télévisions et radios, répète qu'il s'inscrit «dans la continuité du travail fait par Martine Aubry». Et que sa «candidature est naturelle» puisqu'il a été «le premier secrétaire pendant les primaires». «Ce n'est pas un choix par défaut», glisse-t-il, mine de rien.

De son côté, le député de Paris, chemise blanche immaculée et lunettes noires, multiplie les rendez-vous, loin des micros. «Chacun sa méthode, con

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bercam01 le samedi 25 aout 2012 à 01:19

    Avec les casseroles qu'ils traînent tous les deux, ils pourraient faire un concert pour séduire leurs électeurs...

  • M3435004 le vendredi 24 aout 2012 à 23:35

    Cambadélis fin Poursuivi pour recel d'abus de biens sociaux dans l'affaire Agos, société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés, car il avait bénéficié d'un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 qui lui a rapporté plus de 442 000 francs (67 382,466 €), Jean-Christophe Cambadélis fut condamné en janvier 2000 à 5 mois de prison avec sursis et 100 000 francs (15 244,902 €) d'amende par le tribunal correctionnel de Paris.

  • M3435004 le vendredi 24 aout 2012 à 23:33

    Cambadélis suite Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d'abus de confiance », il est condamné, à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende, dans l'affaire des emplois fictifs de la MNEF, par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris

  • M3435004 le vendredi 24 aout 2012 à 23:33

    De 1991 à 1993, en qualité de «sociologue» que Cambadelis a été rétribué à hauteur de 420 499 francs par la Mutuelle interprofessionnelle de France (MIF), une filiale de la Mnef. Cambadelis était alors député, avec revenus afférents. Non réélu en 1993, il reçoit jusqu'en 1995 quelque 200 000 francs supplémentaires de la MIF, en tant qu'administrateur «chargé des contacts auprès des ambassades ou des universités». »

  • M3435004 le vendredi 24 aout 2012 à 23:30

    Harlem désir : condamné, le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende pour recel d'abus de biens sociaux. Affaire de l'Association régionale pour la formation et l'éducation des migrants

  • dhote le vendredi 24 aout 2012 à 21:41

    ce sont des freres jumeaux...