La droite vise Royal après un audit alarmant sur la gestion de Poitou-Charentes

le , mis à jour à 13:18
24
La droite vise Royal après un audit alarmant sur la gestion de Poitou-Charentes
La droite vise Royal après un audit alarmant sur la gestion de Poitou-Charentes

«Sans la fusion des régions, nous serions vraisemblablement en train de constater la faillite et la banqueroute» de Poitou-Charentes. L'opposition de droite de la nouvelle région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC) tire à boulets rouges sur la gestion de l'ancienne région Poitou-Charentes et vise son ancienne présidente Ségolène Royal.

Un audit, demandé par le président socialiste de la nouvelle grande région Alain Rousset, vient de mettre à jour une «situation financière alarmante». «Points noirs» relevés par le cabinet Ernst & Young : des retards de paiements s'élevant à 132 millions d'euros qui avaient déjà été révélés en février par Alain Rousset. Mais aussi une épargne «quasi-nulle» avec un taux net de 0,05%, une sous-budgétisation, «des dépenses qui ne sont pas inscrites au budget en fonction de la réalité des besoins».

Royal «doit s'expliquer», selon la droite

Le cabinet relève aussi, parmi les emprunts, «56 millions d'euros à très haut risque» qui nécessiteront un plan de désengagement, et 46 autres millions d'emprunts «à risque». Pèsent, enfin, deux crédits-bails pour le renouvellement de TER, obérant la capacité de désendettement.

Olivier Chartier, président les Républicains de la commission des finances de la région ALPC, a émis «un sérieux doute sur la sincérité des comptes présentés à l'époque». Il a indiqué qu'un complément d'audit sera engagé et a sommé la présidente de Poitou-Charentes, de 2004 à 2014, et son successeur Jean-François Macaire «de s'expliquer, d'une façon ou d'une autre, sur la situation».

«On cherche à faire oublier les succès des politiques conduites par la Région, sans augmentation d'impôt, grâce à une maîtrise des dépenses», a regretté Yves Debien, proche de Ségolène Royal et ancien premier-vice président PS de Poitou-Charentes. Dans un communiqué, il a rappelé que l'étude d'Ernst & Young est un simple ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paul7018 il y a 12 mois

    Royal ou la nullitude du pouvoir

  • sibile il y a 12 mois

    oui enfin quand c'est un homme qui épouse une femme qui pourrait être sa fille, personne n'y trouve rien à redire

  • gendrefr il y a 12 mois

    on aurait du faire aussi un audit avec raffarin ancien president de poitou-charentes et sa gestion clienteliste.

  • M1961G il y a 12 mois

    eh si les français qui ne votent pas étaient plus intelligent que les autres . ces français là ont compris depuis longtemps que la france était un pays ripoux .

  • M1961G il y a 12 mois

    elle doit démissionner pour qu'elle puisse se défendre et être entendu par les juges . hollande va il protèger son ex , un peu comme avec cahuzac ou l'encourager à partir . ségolène et la voiture électrique , bientôt du passé .

  • M9946587 il y a 12 mois

    Enarques et avocats, tous des sacrés menteurs et beaux parleurs !

  • M940878 il y a 12 mois

    Hollande a ruiné la Corrèze , Ségo le Poitou , et les deux sont entrain de ruiner la France désormais

  • cmoineau il y a 12 mois

    Conclusion, ne plus voter pour des énarques, qui coulent la France......

  • sarestal il y a 12 mois

    Le sommet de la nullité est il atteint ?

  • mim69005 il y a 12 mois

    Ets-ce que les fameuses AG de Nuits debout voteront une Constituante, puis la Terreur type 1789 ?? Parce que là, la Royal, elle est mal !!!